Un petit bout d’Amérique à Saint-Vallier

« Plus je les voyais, plus je les aimais ». Effectivement, elles sont belles, certaines plantureuses, d’autres plus typées, chacune avec caractère, son charme, son pedigree. Elles viennent toutes de l’autre côté de l’Atlantique et sont accueillies les bras ouverts à Saint-Vallier par Simon Rames.

Lui-même en possède une, le contraire eût été étonnant. Son nom: Mustang et il n’est pas peu fier d’en avoir pris possession à Las Vegas à l’occasion des 50 ans du modèle. C’est là-bas aussi qu’il s’est marié avec Claudine. C’est toujours aux States où son projet a mûri, déjà apprendre l’anglais et se lancer dans l’importation de voitures américaines.

Quand l’opportunité s’est présentée d’ouvrir son propre garage pour y faire aussi de la mécanique, Simon Rames n’a pas hésité. Le voici installé dans l’ancien garage Bourgeois, anciennement Fiat, rue Waldeck Rochet à Saint-Vallier. Partie mécanique d’un côté et show room de l’autre où « dorment » les top modèles US. Avec pour enseigne « SR américanique » qui ne laisse planer aucun doute sur la nature de l’établissement.

Amoureux des belles américaines, Simon Rames les importe et les propose à une clientèle sur l’ensemble de l’hexagone. « Je me fais connaître par l’intermédiaire des clubs, c’est ainsi qu’on parle de moi » explique-t-il. Un marché très spécifique pour les voitures qui le sont tout autant.

Dans son hall, on trouve notamment trois Mustang, une V6 de 2007, une V8 de 2005 préparation Saleen, de 2007, toujours préparée par Saleen en édition spéciale (5 l), une magnifique Studebaker de 1970 dont le tarif est en dessous de 30 000€, une Cadillac de 1970, « une première main » précise Simon et une Oldsmobile Toronado de 1966. « Elles sont toutes en dépôt vente ».

Simon Rames, importe, vend, et restaure comme cette Fire bird. Et pour les pièces, « pas de souci, je commande aux USA et 48h après, elles sont là ».

Comme quoi, des études d’ingénieur dans l’aérospaciale mènent à tout. Simon Rames vit de sa passion à Saint-Vallier où il tente de faire partager son rêve américain. Avec le logotype sur la calandre d’un mustang au galop, la route 66 s’ouvre à nous. Moteur !

Jean Bernard

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *