OMB – Cœurs noirs et sang négrier, le récit de l’indicible

Ce mercredi 9 mai au soir à l’auditorium des ADJ, dans le cadre du festival Outre-mer en Bourgogne, la Mère En Gueule a offert à un public nombreux une lecture musicale de la nouvelle de Laurent Gaudé : « Sang Négrier ».

Sur fond sonore de percussions et de violon, en empruntant à Brassens, Samuel Jaudon signe là une mise en lecture de haut niveau. Nous sommes habitués avec lui à sa précision et sa justesse, là il se surpasse.

Toute la troupe (Elise Truchot, Florence Giacometti-Juranski, Floryne Michael, Françoise Grand, Marie Elliott, Théophile Latouche, Valérie Berlioz, Alex et Danielle Le Gal, et bien entendu Samuel Jaudon) est au diapason. Ils narrent : on y croit. Ils créent une ambiance musicale : on est dedans.

L’horreur des frontières de la bestialité humaine, de la négation du nègre en tant qu’être humain, la peur de l’autre, en un mot le racisme ordinaire ou malfaisant sont décrites avec une minutie de reporter dans ce récit de la folie d’un homme, capitaine à l’insu de son plein gré (le vrai capitaine meurt des fièvres en route) d’un navire négrier chargé de bois d’ébène.

Ce fou rongé par la peur, pas le remord mais l’attente de l’inéluctable, décrit par le menu l’arrivée du navire négrier à Saint Malo, l’évasion de 5 nègres, la traque, les scènes dignes des plus hallucinants cauchemars de pogroms, la vengeance subtile et implacable de l’un des 5, jamais repris et ayant sacrifié 11 doigts cloués sur les portes de tous les responsables de la traite et de son acceptation par la société.

Une heure sans jamais pouvoir s’en aller, s’extraire du film, car c’est un film qui se déroule non pas devant nos yeux, non, mais dans nos esprits. En fait personne n’est tout blanc ni tout noir dans cette affaire… la folie des hommes est rouge sang !

Applaudissements nourris, vraiment, mérités, c’est peu de le dire.

Séance de rattrapage pour ceux qui n’ont pu venir, le 19 mai à 20h30 à Ciry le noble. Avec cette fois en bonus une seconde lecture : « libérées ? Femmes des 20ème et 21ème siècles. »

Vous êtes tous impatiemment attendus.

Gilles DESNOIX

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *