Montceau – Rue Rouget de Lisle, vue dégagée sur le patrimoine

Trois images du patrimoine Montcellien.

La démolition d’un bâtiment vétuste avant la passerelle du chemin de fer a permis de mieux voir , depuis la rue Rouget de Lisle, trois monuments , tous inscrits à l’inventaire du patrimoine architectural de la France , tous voisins et situés le long de la rue Jean Jaurès , anciennement rue de l’Est .
D’abord le Syndicat des Mineurs, édifié en 1908 par souscription publique Il a failli disparaître dans les années 1990: le bâtiment était en mauvais état et sa conservation nécessitait un traitement urgent. En 1994, le Docteur Thomas , Maire de Montceau a engagé des conversations avec le syndicat des mineurs CGT pour déboucher sur un projet de réhabilitation après l’achat au franc
symbolique. Il déclare alors devant le conseil municipal : « Il reste le Monument de l’histoire de Montceau les Mines témoin des luttes ouvrières et syndicales pour améliorer le sort des hommes et des femmes, aménager les droits sociaux, organiser la solidarité sous toutes ses formes ». Il ajoute : « ses caractéristiques architecturales sont remarquables et doivent être préservées. » Le Conseil municipal, à l’unanimité donne son accord et le Docteur Thomas signe une convention avec le syndicat en juin 1995.
C’est ensuite l’équipe de Didier Mathus qui, après avoir obtenu des financements européens réservés aux zones minières , l’aide du Conseil Général et de la Communauté Urbaine, peut concrétiser l’achat du bâtiment par la ville en 1996 et engager les travaux par tranche pour une durée de 5 ans .
De nos jours , la convention signée en 1995 est parfaitement respectée avec des locaux syndicaux identifiés et des salles pour des manifestations culturelles , des concerts, des assemblées générales , etc. à la disposition de la ville et de toutes les associations montcelliennes. Depuis un arrêté du 8 octobre 2012, la Maison du Syndicat des Mineurs est inscrite à l’inventaire des monuments
historiques pour la totalité de l’édifice .

.
A moins de 100 mètres du Syndicat se trouve un bâtiment lui aussi monumental : l’Ecole du Centre dénommée ensuite Ecole Jean Jaurès et maintenant siège du Musée de la Maison d’Ecole.Ce « palais scolaire » comme on pouvait le définir à l’époque fête en 2021 ses 140 ans. Ce fut la première école publique laïque de Montceau ( de garçons , celle des filles de la Rue Carnot, identique, a disparu).
Un arrêté du 30 juin 1991 l’ a inscrit comme monument historique pour ses façades et toiturese.
Longtemps considéré comme antenne de l’Ecomusée, le Musée est animé par l’Association du Musée de la Maison d’Ecole depuis 1994 avec le soutien de la Ville qui assure les dépenses de chauffage, d’éclairage et d’entretien courant.
Avec les collections ( des milliers de documents et d’objets justifiant l’appellation « Musée de France »), les trois salles d’exposition permanente et les deux dédiées aux expositions temporaires , l’Association a pu faire vivre le Musée .Elle a été présente au Forum des associations , aux journées du patrimoine , à la Nuit des Musées et ses animations rayonnent dans tout le bassin minier et au-delà.T oute l’année – exception faite du temps de l’épidémie – elle accueille souvent des groupes scolaires de tout niveau sur rendez-vous.
Et pourtant, en dehors d’un dimanche par mois, le Musée n’accueille pas le grand public, et beaucoup de montcelliens ou de touristes disent :  » pourquoi c’est toujours fermé ? »
En dehors du fait que le Musée de dispose pas de personnel permanent pour une ouverture régulière, force est de souligner que pour tout établissement recevant du public, les questions d’accessibilité, de sécurité, de confort  absence de sanitaires et d’ascenseur), sont primordiales. Elles ont été bien analysées par la Municipalité qui n’a pas encore trouvé de solutions . Les études engagées sur la centralité de la ville permettront-elles de dégager les financements nécessaires ?
Encore quelques dizaines de mètres et nous découvrons le Dispensaire de la Croix Rouge construit en 1922 par la Société anonyme des Mines de Blanzy. Il fut consacré à la lutte contre la tuberculose . Le bâtiment a été reconnu lui aussi comme monument historique le 6 septembre 2012 avec la description suivante : « bien que modeste dans ses dimensions et son programme, l’immeuble offre des façades animées par des avant-corps couverts de pans brisés, des motifs décoratifs variés et l’utilisation de terres cuites témoignant du style régionaliste en vogue dans cette première moitié du 20° siècle. » N’est-il pas possible d’envisager des travaux de réhabilitation et de lui trouver un autre avenir que celui de salle de réunion ?
Dans une de ses brochures incitant à visiter notre ville, l’Office de tourisme Creusot Montceau écrit :
« De passage à Montceau, rendez-vous rue Jean Jaurès afin de découvrir un patrimoine symbolique issu des réformes politiques et sociales de la France de la fin du 19° siècle et qui représente l’histoire singulière de la ville de Montceau-les-Mines. »
En plein débat sur l’avenir du Lavoir des Chavannes, il n’est pas inutile d’attirer l’attention des Montcelliens sur d’autres lieux emblématiques qui ont sans doute besoin d’être confortés .

Jean Gaumet, ancien élu à Montceau-les-Mines

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.