Montceau – Les étourneaux, tirez-vous !

Des coups de feu qui claquent en début de soirée dans le centre-ville de Montceau-les-Mines, il y a de quoi être inquiets. Et quand vous apercevez un individu avec une arme à la main qui, certes, tire en l’air depuis le parking de la place de l’église, ce sont alors les étourneaux qui prennent peur.

Ce sont eux qui sont visés. Pas question de les tuer, évidemment mais les effaroucher, qu’ils dégagent des platanes et arrêtent de polluer l’existence des riverains. Du bruit, ils en font, et des saloperies également, sur les chaises, les tables des restaurateurs et les carrosseries des voitures.

En un mot, c’est dégueulasse. Et l’odeur avec d’autant plus des températures qui dépassent les 30 degrés, est insupportable.

Alors comme chaque année à la même époque, Julien Juban, fauconnier de son état, comme il le fait depuis dix ans maintenant, arrive avec tout son attirail pour faire peur aux étourneaux, ces oiseaux migrateurs qui aiment particulièrement la France pour ses fruits. « Ils arrivent d’Afrique, certains même d’Afrique du Sud » dit-il alors qu’il recharge son pistolet, prêt à dégainer une fusée sifflante ou détonante. Pan !

Outre les fusées, Julien Juban qui arrive de la Comelle, utilise une voiture de la ville de Montceau avec à l’arrière un haut-parleur qui diffuse le cri du geai, sensé donné l’alerte aux étourneaux qu’un danger approche.

Enfin, la dernière « arme » dissuasive, c’est la buse, un rapace né pour la chasse. Une buse d’Amérique centrale particulièrement affûtée dans l’exercice du combat rapproché. Un véritable avion de chasse. C’est même une curiosité pour les enfants.

Alors ne soyez pas surpris, Julien Juban est encore là jusqu’à vendredi. Des fois que les étourneaux ne comprennent pas le message.

Jean Bernard

Une réaction reçue d’une habitante des Alouettes

Bonsoir, un petit coup de colère ce soir.
Chasse aux étourneaux par la ville de Montceau, avant le coucher du soleil et là, 22h05, ça continue, là n’est pas le problème c’est que les oiseaux chasser du centre ville viennent se réfugier aux Alouettes sur le gros pylône électrique… Je ne vous dit pas l’odeur + le crépi sur les voitures, une horreur. Je sais pas facile de contenter tous le monde…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.