Montceau – Gymnastique : Kevin Carvalho joue gros

Pas de coupure. Pas de vacances pour Kevin Carvalho. Juin, juillet, août, le gymnaste de Montceau gym aligne des séances d’entraînements au complexe Jean Bouveri entrecoupé d’un stage en équipe en France à Antibes la semaine dernière. Un rendez-vous au bord de la Méditerranée qu’il a parfaitement maîtrisé et qui lui vaut d’être retenu parmi les dix athlètes qui, le 23 août prochain, passeront le « grand oral » en vue de la sélection pour les Mondiaux de Stuttgart du 4 au 13 octobre 2019.

Montceau-les-Mines est donc une étape décisive. « De dix, la liste devrait se réduire à sept après le 23 août » pense Kevin Carvalho, sachant qu’en Allemagne, l’équipe de France de gymnastique présentera cinq athlètes.

Petit, il était une terreur, il finissait toujours premier

Déjà être dans les sept serait une très belle satisfaction pour le Montcellien. A 20 ans, il est le grand espoir de la gym française en perspective des rendez-vous à venir, en particulier les Jeux Olympiques à Tokyo en 2020 et ceux de Paris en 2024. Participer aux championnats du monde dès cette année, le propulserait dans l’élite nationale.

Retrouver Kevin Carvalho au sommet de la hiérarchie des gymnastes français n’est pas véritablement une surprise. Déjà à deux ans et demi « quand j’ai commencé en baby gym, les entraîneurs ont décelé du potentiel » rappelle-t-il. « J’étais un acrobate ».

La suite est cousue de fil blanc. Il devient une terreur. « Quand j’étais petit (à partir de 6 ans), j’ai tout gagné, je finissais toujours premier ». A 11 ans (en 6e), il intègre tout naturellement le pôle de gymnastique à Montceau-les-Mines et poursuit son ascension et les sélections en équipe de France dès 2013. En 2015, il prend la 3e place aux barres parallèles au Festival de la jeunesse européenne à Tbilissi (Georgie). Participe ensuite en 2016 au championnat d’Europe juniors à Berne, 4e par équipe et 6e en individuel et deux finales à la barre fixe et aux barres parallèles.  Le mois dernier, avec l’équipe de France, il remporte par équipe un tournoi triangulaire et termine 2e en individuel.

Il compte sur le soutien du public

Aujourd’hui, il a son destin entre ses mains. Son programme pour le 23 août, il le connaît sur le bout des ongles. « Maintenant avec mon entraîneur, Daniel Perraut, on va chercher les petits détails. je suis prêt » dit-il sans rouler les mécaniques. De tempérament posé, il attend son heure et de concourir à domicile, devant son public le 23 août, « ça aide ».

Kevin Carvalho le sait, sur les cinq places au Mondial, logiquement quatre sont déjà pratiquement attribuées, aux anciens, notamment Samir Ait Said et Cyril Tommasonne. En fait, il ne reste pour ainsi dire qu’une seule place à prendre. « C’est encore plus de pression » admet le Montcellien.

Chez lui, au complexe Jean Bouveri, là où en octobre dernier, il a remporté la revue des effectifs 2018, il va donner le meilleur de lui-même. Et quand bien même il préfère les barres parallèles, « il faut être bon partout » souligne-t-il. « Si je me qualifie, ce sera sur mes performances aux six agrès ». Les anneaux notamment, « un agrès de force » précise-t-il. D’où la musculation chaque matin.

Que la force soit avec toi.

Jean Bernard

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.