•  

L’oeil de Stéph – Rencontre avec la Demoiselle 241P17

Les images de la 241P17 et ses anges gardiens. Une imposante Demoiselle qui se fait belle avant de reprendre le rail. Un reportage dans le passé au parfum métal hurlant.
La Locomotive 241P17, voila quelques années, 26 au total, qu’une vingtaine de passionnés travaille sur ce Monument Historique. Rachetée par la ville du Creusot en 1971, elle devait finir sa vie sur un rond point, à l’image du Marteau Pilon pour symboliser l’industrie du Creusot.  Mais ce fut sans compter sur ses anges gardiens, soucieux de faire revivre un savoir-faire d’une époque révolue. Faire que ce vestige du passé puisse de nouveau rouler.

Une machine impressionnante où tout est démesuré, mais dotée d’une mécanique très simple. Le royaume des métaux où le plastique et l’électronique n’ont pas de place.
L’équipe de bénévoles se renouvelle au fil des années. Les plus anciens apportent leur expérience aux jeunes qui viennent les seconder et ensuite les remplacer pour s’occuper de « La » Locomotive qui demande des soins permanents.
D’autres s’occupent de la partie administrative (très compliquée et chronophage).
Cette imposante Demoiselle est actuellement en révision, avant de reprendre le rail pour de nouvelles aventures et de nouvelles destinations.
Quel bonheur pour les bénévoles de l’entendre « respirer ». Quelle belle récompense de partager la joie et le plaisir avec les voyageur que de voir cette Demoiselle circuler.
Un grand bravo à vous tous !!!
L’oeil de Stéph

3 commentaires

  1. En 1971, alors que je travaillais à la SFAC (Creusot Loire) au chemin de fer, j’en ai ramené quelques unes se faire découper au Breuil. J’étais conducteur de train (19ans) mais j’ai une ou deux fois pris la place du mécanicien au lieu de faire le chauffeur et d’enfourner les pelletées. Ce fut chaque fois une expérience émouvante, voluptueuse, « elle » réagissait à la moindre sollicitation, et haut le pied elle développait une force animale énorme, toute en vigueur et douceur… le plaisir à l’état pur. Il en a été sacrifié des dizaines et des dizaines….

  2. Immense mérite de conserver ce savoir des anciennes technologies… Quel bureau d’étude saurait encore calculer et optimiser une telle machine à vapeur ??!!

  3. Jean-Luc Pierard-Rouzé

    Impressionnante !
    Bravo oui vraiment bravo. Quelle belle passion à transmettre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *