Industrie – Qui va écouter et comprendre le parti communiste ?

Photo archives janvier 2020.

  membre du Parti de la gauche européenne-Section Bassin minier.

Eolane – Konecranes – Gerbe

Ces trois entreprises historiques de notre Bassin minier seront-t-elles sacrifiées sur l’autel du Capital ? Les choix politiques néolibéraux et la recherche insoutenable des taux de profits à deux chiffres pèsent de tout leur poids sur le développement humain, social, économique et précipite la planète dans une crise écologique sans précédent.

Le Covid-19 fait apparaître aux yeux du plus grand nombre de grandes faiblesses systémiques. Il provoque des débats en France et en Europe sur de possibles relocalisations de productions dans une économie toujours aussi interconnectée et confrontée à une défaillance d’ampleur, qu’il s’agisse de la production ou de la fourniture de matières premières.

Le pouvoir Macron met en œuvre une politique visant à constituer de grands champions du capital financier au détriment du projet industriel, seul juge de paix d’une viabilité économique, sociale, écologique. L’emprise du privé et ses effets délétères apparaissent soudain si évidents qu’ils conduisent le chef de l’Etat lui-même à évoquer « des services qui doivent être placés en dehors des lois du marché ». Difficile de le croire, tant il a accompagné et justifié des abandons industriels qui ont conduit le pays à être désarmé face à cette crise sanitaire.

Un État stratège peut et doit intervenir sur les grandes filières industrielles nationales pour répondre aux enjeux de notre siècle : en conditionnant et en contrôlant tout l’argent public utilisé ; en nationalisant lorsque nécessaire pour faire reculer la domination du capital et non pour collectiviser les difficultés avant de restituer les bénéfices au marché ; en agissant au niveau européen pour une politique monétaire et du crédit garantissant un nouvel essor industriel engageant la transition écologique. La mobilisation de ces leviers, appuyés par de nouveaux pouvoirs à l’entreprise et sur les territoires, permettront d’engager les relocalisations et coopérations nécessaires.

Les communistes proposent un nouveau système de développement articulant industrie et services (notamment les services publics) et de nouveaux pouvoirs à l’entreprise. Garantir et conditionner l’accès à l’argent, qu’il s’agisse de création monétaire, de crédit ou d’aides publiques.

Le PCF vient de lancer un appel d’union aux forces politiques, syndicales, associatives, à tous ceux et celles qui appellent à changer la société. Il ne pourra y avoir de transformations en profondeur sans l’implication des citoyennes et citoyens.

14 commentaires

  1. Appel lancé… et ? A part écrire, brandit les banderolles, vous pensez servir à quoi ?

  2. Je ne demande qu’à vous croire, mais il suffit de regarder les résultats partout où le Parti Communiste est au pouvoir. En particulier comment le P.C. chinois utilise les technologies modernes pour ficher,encourager ou punir ses ressortissants ? Existe t’il un seul pays capitaliste qui ait poussé l’inquisition à ce niveau ?

  3. Pierre Antoine VINCI

    « Qui va écouter et comprendre le parti communiste » ?
    Voilà une bonne question !
    Il y a déjà bien longtemps que nous entendons sans « écouter » !
    Quant à les « comprendre » … qui de nos jours peut encore s’intéresser à la propagande utopiste et sectaire du 19ème siècle ?
    (…)

  4. Quand des entreprises meurent, d’autres naissent. Cela fait partie du cycle de la vie économique.
    Les questions que l’on peu se poser alors ::

    1- Pourquoi n’y a t’il pas ou très peu d’entreprises qui naissent et croissent sur le bassin minier ?
    2- Pourquoi les salariés du bassin minier ne sont pas en mesure de travailler dans d’autres entreprises et / ou de se former et s’adapter aux changements de la vie économique ?

  5. bonjour, temps lourd sur écuisses, et lourd aussi dans l’appel du pied de nos amis communistes tout comme le RN, d’ailleurs avec les GJ c’en est où? les vieux comme moi ont connu la trace laissée par les PC. Dans l’URSS cadenassée, nous avons »travaillé » avec la Pologne où les exfiltrations de Famille en danger de mort sociale étaient plus « facile » grâce à nos Polonais locaux libres qui sont les rois de la débrouille et à qui je veux rendre hommage pour leur courage, cette partie de l’Histoire de Montceau et du Creusot peu connue a permis de mettre le PC très minoritaire, au Creusot l’arrivée au pouvoir municipal d’une équipe de syndicalistes communistes à changé la donne,alors lire cet appel au rassemblement des communistes fait très mal à la tête. à quand les kolkhozes et les dates des semis comme des récolte actées par les communistes où déjà la communication et le confinement écrasaient ces peuples fiers, à quand les comités politiques de quartier avec L’URSS de Staline , qui s’impose progressivement comme dirigeant de l’URSS. , il y installe un régime totalitaire, marqué par la suppression des libertés, la violence de la répression et par le strict contrôle de l’économie par l’État.oui c’était hier, voilà qu’en cette période compliquée la piqure rouge revient.
    une fin de non recevoir au communisme ainsi qu’au FN même but même violences à venir.
    grandezoreilles

  6. Il me semble qu’il n’y a pas besoin de caricaturer. Le communisme ne se résume pas à la Chine ou au Stalinisme, je pourrai ajouter aussi Caucescu, Pol-Pot….. Je vous invite donc sérieusement à rouvrir vos livres d’histoire et de philosophie. Car de l’autre côté, le capitalisme a été bien servi en matière de dictature avec Pinochet, Batista, Videla, Papadopoulos…. et donc ne s’en résume pas non plus à ça.
    Alors, s’il-vous plait, un peu de décence, et restons en à un débat d’idées entre gens bien élevés.
    http://institut.fsu.fr/Democratie-et-neoliberalisme-par.html

    • Le capitalisme n’est pas une doctrine politique. La Chine communiste est capitaliste.

      • Alors, celle-là, je la note pour mon bêtisier !
        Ce que dit le larousse.
        Capitalisme : Statut juridique d’une société humaine caractérisée par la propriété privée des moyens de production et leur mise en œuvre par des travailleurs qui n’en sont pas propriétaires.
        Système de production dont les fondements sont l’entreprise privée et la liberté du marché.
        Système économique dont les traits essentiels sont l’importance des capitaux techniques et la domination du capital financier.
        Communisme : Théorie visant à mettre en commun les biens matériels.
        Formation économique et sociale caractérisée par la mise en commun des moyens de production et d’échange, par la répartition des biens produits suivant les besoins de chacun, par la suppression des classes sociales et l’extinction de l’État qui devient l’administration des choses.

        • Pierre Antoine VINCI

          Bravo Goliath ! … apparemment vous êtes un « fin stratège » …
          En voulant contredire « Onauratouvu » , vous venez de lui prouver qu’il a entièrement raison !!
          Trop drôle !!
          Reste juste à la classer dans le bon bêtisier !!
          Ha ha ha ha … hilarant !
          Rire est bon pour la santé !
          Merci Goliath !

          • Et oui, comprendre ce que l’on trouve sur internet, au grès de recherches avec 2 mots clefs, ou de proche en proche, via Google ou DuckDuck, cela donne ce genre de réponse.
            Accéder à l’information ne garantie pas de maitriser cette information ni de la comprendre.

  7. Vous retardez mon cher ! Staline est mort en 1953 et nous sommes en 2020.
    Pendant que vous y êtes, vous pourriez peut-être nous parler de Caligula et plus proches de notre époque d’autres qui n’étaient pas communistes : Hitler, Mussolini, Pinochet, Salazar, Franco…
    Vos grandezoreilles vous servent d’œillères, me semble-t-il.
    Et Lénine n’est pas Staline, tout comme Lennon nest pas Stallone.

  8. Toutes les définitions sont a bien interprétées
    Capitalisme : Régime économique et social dans lequel les capitaux, source de revenu, les moyens de production et d’échange n’appartiennent pas à ceux qui les mettent en œuvre par leur propre travail. « Commentaires : régime économique ET social (donc qui s’occupe de ces collaborateurs) »
    Le communisme (du latin communis – commun, universel) est initialement un ensemble de doctrines politiques, issues du socialisme et, pour la plupart, du marxisme, s’opposant au capitalisme et visant à l’instauration d’une société sans classes sociales. « Commentaires : une société sans classes sociales (donc qui ne s’occupe pas de ses colaborateurs)

  9. Merci à celles et ceux qui ont répondu à mon appel à la décence. Je préfère un débat dans le respect de chacun et des idées. Nous sommes libres et même encouragés d’être en désaccord (car c’est comme cela que la vérité peut surgir) et pourtant rester prévenants les uns envers les autres.
    Je suis d’accord avec Onauratoutvu, le régime politique n’a rien à voir avec le régime économique. Toutes les combinaisons sont possibles.
    Alors parlons seulement d’économie si vous voulez bien : il y a plusieurs définitions qui prêtent déjà elles-même à débat. Donc je m’en tiens à un seul ou deux points pour chaque. Ce qui me gêne dans le capitalisme, notamment dans sa partie « croissance obligée » est « l’accumulation illimitée » pour ce faire, or dans un monde limité (la fin du pétrole est pour bientôt, mais aussi la fin du nickel, du cobalt, du cuivre…. par quoi les remplacer pour continuer à produire nos objets quotidiens?). Et ce qui mes gêne aussi est la propriété privée des moyens de production de ces biens, tout comme la propriété privée de biens fondamentaux à l’humanité : l’eau, l’énergie, la communication, l’information, la santé etc….
    Ce qui me gêne dans le communisme est justement cette absence de propriété privée (définition du dictionnaire de l’Académie française : « Doctrine politique qui préconise l’abolition de la propriété individuelle…. », il me paraît in-envisageable de ne pas posséder des biens qui correspondent à mon propre état d’être : mes vêtements, mes cannes à pêche, ma maison, mon jardin…. et que ma maison ne soit pas forcément la même que celle de mon voisin. L’autre chose qui me gêne est qui décide de « répartir à chacun selon ses besoins » ,l’idée de départ semble noble mais le risque de dérive autoritaire est grand, n’est-ce pas? Comment faire si le besoin des uns s’avère plus important du besoin des autres? Peut-on décider des besoins fondamentaux et des besoins accessoires? Lorsque quelque chose parait accessoire et est en fait fondamental pour quelqu’un?
    L’idéal ne serait-il donc pas de trouver cet équilibre entre biens communs et propriétés privées? Bref une nouvelle économie à inventer……
    C’est là qu’on constate que la mise en application politique d’une doctrine économique en respectant la vie (et l’avis) de chacun, n’est pas de tout repos. Je salue le courage de certains responsables politiques qui se retrouvent à devoir régler des contradictions majeures.

    • Ça lors ! s’il faut différencier le régime politique communiste du système économique mettant en commun les moyens de production et d’échange, je n’ai plus aucun intérêt à être proche du Parti Communiste qui vient donc de perdre un sympathisant et un électeur. Parce que mon rêve à moi, c’est bien cette mise en commun.
      Désormais, je ne me dirais plus jamais sympathisant communiste mais simplement anti-capitaliste, et j’en tiendrai compte dans l’isoloir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *