Hôpital et urgences – Le CODEF prend Vierzon pour exemple

Communiqué du CODEF –

Vierzon un combat exemplaire !

Car c’est bien la survie de tous les services hospitaliers qui se joue en ce moment. Et ce n’est que tous ensemble, avec un soutien massif des usagers et de tous les élus de notre bassin de vie que nous pourrons faire bouger les lignes à l’image de ce qui vient de se passer à Vierzon pour le maintien de la maternité.

Un combat exemplaire du tous ensemble rapporté par l’émission de France 3 du jeudi 12 septembre : Maternité, le désert où la vie. Si vous avez loupé le direct, nous vous recommandons de la voir en replay avec le lien suivant :

https://www.france.tv/documentaires/societe/1058763-maternite-le-desert-ou-la-vie.html

Cette émission propose un gros plan sur la lutte menée par des sages-femmes, des habitants et des élus du département du Cher afin d’empêcher la fermeture de la maternité de Vierzon. Les habitants de ce département luttent pour ne pas être happés par le « désert français » et viennent de gagner une bataille. Un combat qui devrait servir d’exemple à l’ensemble des citoyens.

Le Codef soutient l’appel de l’Inter-Urgences !

La motion votée le 10 septembre par les 250 services d’urgence en grève s’adresse à l’ensemble des personnels hospitaliers et les appelle avec force à rejoindre le mouvement car les coupes sombres sont les mêmes pour tous les services et les revendications communes.

L’inter-urgences dresse d’abord le contexte :
« Nous, représentants du Collectif Inter-Urgences et des organisations syndicales médicales et paramédicales, faisons le constat d’une impasse politique sur la gestion des services hospitaliers aujourd’hui.

La saturation des services, sans hausse des moyens en regard et sans revalorisation de l’exercice soignant, entraîne une dégradation majeure dans la réalisation de nos missions de service public Face à ce contexte, plusieurs d’entre nous ont déjà pu tenter des approches en local pour faire reconnaître la souffrance des soignants et demander entre autres une augmentation des effectifs et des salaires, sans franc succès. Le constat partagé de conditions d’accueil et de travail dangereuses a permis la constitution du Collectif Inter Urgences, infléchissant le rapport de force à l’aide des organisations syndicales CGT, FO, SUD. Ce constat est transposable à tous les services hospitaliers ! »

L’inter-Urgences propose ensuite une trame revendicative commune :

« Une revalorisation structurelle : Nous demandons, immédiatement, des engagements forts pour arrêter la fermeture de lits et de structures, ainsi qu’une réouverture des lits nécessaires dans l’intérêt des patients.

Une revalorisation de nos métiers : Nous demandons, immédiatement et pour l’ensemble des hospitaliers, 300€ net mensuel d’augmentation de salaire, soit l’équivalent de 80 points d’indice supplémentaires, entre autres mesures en faveur de l’attractivité de nos professions.

Augmentation des effectifs : Nous demandons, immédiatement, la stagiairisation de tous les contrats précaires. Nous demandons, immédiatement, d’acter pour l’ensemble des services un rattrapage à hauteur des besoins remontés service par service. »

En conclusion l’Inter-Urgences renouvelle son appel que nous soutenons totalement, en espérant qu’il sera partagé le plus largement possible :

« Nous appelons l’ensemble des personnels hospitaliers médicaux et non médicaux qui partagent nos revendications à se réunir dans tous les services de soins, service techniques, administratifs de tous les établissements publics pour rédiger leurs cahiers de revendications et décider de la grève tout de suite. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *