Eoliennes – Le Rassemblement National souffle le vent contraire

Le département de Saône-et-Loire n’est pas le seul concerné par des projets de parcs éoliens, la Nièvre est également dans le même cas. Dans le 71, se sont surtout des associations avec le soutien de la fédération Vent de Sottise qui se mobilisent dès qu’un projet arrive à leurs oreilles.

Dans la Nièvre, c’est le conseiller régional du Rassemblement National, Julien Guibert qui monte au créneau. Voici son communiqué:

 

Photo illustration.

Non aux projets éoliens du Tannaysiens dans la Nièvre.

La préfecture de la Nièvre attribue au profit de la société RES, un permis de construire lui permettant d’installer 7 éoliennes sur les communes de Saint-Germain-des-Bois, Tannay et Talon.

Cette décision va à l’encontre de l’avis des habitants concernés et d’une partie des élus de la communauté de communes Fleur du Nivernais qui se bat contre le projet qui aura des conséquences négatives localement :

– Perte de la valeur immobilière d’environ 40% pour les habitations proches ;

– Incidence sur la santé avec une pollution sonore supérieure au seuil de tolérance retenu par l’OMS et la diffusion d’ondes électromagnétiques ;

– Impact sur la biodiversité, plusieurs rapports pointent la forte mortalité chez les oiseaux notamment les rapaces, les chauves-souris et les oiseaux migrateurs ;

– Destruction de zones forestières et installation dans le sol de socle de 350m3 de béton par mât d’éolienne.

De plus, il doit être rappelé que la production d’énergie est dépendante du vent et donc intermittente. Concernant la création d’emploi industriel, elle n’en créée aucun puisque les éoliennes installées sont intégralement fabriquées en Chine !

Le Rassemblement National s’oppose fermement depuis plusieurs années à l’implantation des éoliennes sur notre territoire. Au conseil régional de Bourgogne Franche-Comté depuis 2018, les élus du RN sont intervenus à une dizaine de reprises et ont proposé plusieurs vœux et motions contre la prolifération des parcs éoliens. Ils sont les seuls à s’opposer à l’idéologie du vent de Marie-Guite Dufay.

Face à la politique des lobbyistes de l’éolien, ils préfèrent d’autres pistes d’énergies renouvelables écologiques (méthanisation – solaire – hydrogène), qui ont une production énergétique plus stable et génératrice d’emplois locaux non délocalisables !

Le Rassemblement National de la Nièvre soutient la population du Tannaysien victime de ce passage en force et s’oppose à ce projet ainsi qu’à tous ceux qui sont actuellement en projet dans le département.

Julien Guibert
Conseiller régional
Responsable du RN de la Nièvre

4 commentaires :

  1. Le « rn » essaie de rattraper au vol un « vent favorable » …
    Je suis allé récemment au plus près (en restant sur la route) des éoliennes de la Chappelle-au-Mans :
    Je n’ai constaté aucune nuisance sonore (en tout cas, très très inférieure à celles provoquées par le vent, assez fort ce jour là).
    Du point de vue paysage, vous ne voyez pas les éoliennes de très loin : il faut vraiment s’approcher pour les voir (encore une fois : de la route).
    Ce n’est que mon avis de quelqu’un qui a voulu se rendre compte sur place :
    J’invite chacun à faire de même …

    • J’ai fait de même depuis la route en Côte d’Or (région de Sombernon). Ensuite, j’ai été me garer au pied d’une éolienne au ras du béton. Soyons clairs, vitres fermées, nous n’entendions strictement rien. Vitres ouvertes, cela représentait l’équivalent du bruit de notre machine à laver (moins que les bruits de bottes qui nous menacent dans ce pays si nous ne faisons pas le bon choix aux futures élections.).

  2. Cher Monsieur,

    Le RN s’oppose depuis le début aux éoliennes et est favorable plutôt aux sources d’énergies vertes de type méthanisation, biomasse, solaire.
    Elle n’ont pas une production optimum de production et ne produise aucun emploi en France, pourquoi ne se pose t’on pas la question du lobbying de cette industrie ? Et de la prise en main par les entreprises de ce marché de l’intégralité du dossier y compris celui de l’étude sur l’impact environnementale …
    Pour ce qui de la nuisance sonore ce n’est pas le RN qui le dit mais l’OMS ( organisation mondiale de la santé). Après pour ce qui est de la pollution visuelle chacun en fera sa propre idée sur l’esthétisme!

  3. Je pense qu’il faudra faire feu de tout bois pour réduire à la fois l’effet de serre et sortir le plus vite possible du nucléaire.
    Un accident nucléaire, on a pu le constater a des conséquences sans commune mesure avec un incident sur une éolienne convenez en et le risque 0 n’existe pas.
    Pour ce qui est des rendements des différentes énergies alternatives, perso, je fais conscience à la Science et à la recherche fondamentale et/ou appliquée.
    Quand au lobbying, oui, il gangrène tous les secteurs de la vie économique.

    Il ne s’agit plus de blablater, de créer des commissions, des conventions et autres machins coûteux pour se donner bonne conscience. L’urgence est là. L’action doit commencer ici et maintenant.

    Seul le programme « l’avenir en commun » de l’Union Populaire prend en compte tous les paramètres exposés ci-dessus pour une vraie réponse cohérente et immédiate.
    Possibilité de révoquer les élus (depuis le Maire jusqu’au Président de la République).
    Interdiction faite aux lobbies de pénétrer dans l’enceinte du Parlement.
    Favoriser la recherche.
    Relocalisation industrielle.
    Referendum d’initiative citoyenne (RIC).
    Autant de mesures qui prises isolément n’apportent guère à la planète mais, qui prises conjointement, seront particulièrement efficaces.

    Cependant, pour cela il faudra rebattre totalement les cartes en passant à la VI ème République et en rédigeant une nouvelle Constitution laquelle impose « la règle verte » qui interdit de prendre à la planète plus qu’elle ne peut régénérer.

    Lisez le, ce programme. Il coûte 3 € et est disponible sur Internet ou dans les espaces culturels. Vous verrez ça donne envie de voter… J.Luc Mélenchon.

    Pour conclure, je voudrais quand même souligner que l’énergie qui coûtera le moins cher à notre environnement et à…notre porte-monnaie restera toujours celle qu’on économise.

    Cet aspect du débat repose sur la notion d’effort. C’est un thème qui me tient à cœur depuis plus d’1/2 siècle mais j’aurai sans doute l’occasion d’y revenir dans les prochaines semaines.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.