Education nationale – Préavis de grève mardi 10 novembre

Communiqué.

FACE À DES CONDITIONS
SANITAIRES INDIGNES,
EN GRÈVE LE 10 NOVEMBRE !

Les conditions sanitaires du retour en classe et dans les écoles et établissements scolaires le lundi 2 novembre ont été synonymes d’un mépris institutionnel qui a profondément heurté les personnels.
Ce mépris est le fait d’un ministère qui a imposé un protocole sanitaire qui ne tient pas compte de la virulence de la reprise épidémique… ni même du plan de continuité pédagogique qu’il avait lui-même prévu en juillet dernier.
« Ouvrir des fenêtres » ne suffit pas ! Si le ministère et les autorités de l’Éducation nationale ne prennent pas la mesure de la situation, nous allons vers des fermetures d’établissements et écoles qui viendront à nouveau renforcer les inégalités sociales et scolaires.
Nos organisations veulent au contraire que la continuité du service public d’éducation soit assurée.
Il faut des mesures d’urgence sanitaire qui protègent réellement les élèves et les personnels, permettant à minima de respecter la distanciation et l’évitement du brassage avec des demi-groupes en classe et des effectifs réduits globalement de moitié
dans les écoles et les établissements.
Le ministre de l’Éducation nationale doit procéder au recrutement des personnels pour répondre à cette nécessité.
Les «désinfections renforcées» ne sont que des vœux pieux face au manque criant de personnels d’entretien dans les écoles et établissements: il est nécessaire d’embaucher là aussi.
Nos organisations, conscientes de leurs responsabilités, répondant à la colère et l’exaspération des personnels –des grèves sporadiques ont déjà eu lieu lors de la semaine écoulée-, appellent à la grève dès le mardi 10 novembre et soutiendront toutes les initiatives et actions collectives prises par les personnels le 10/11 et dans les jours qui suivront.

3 commentaires

  1. Ben voyons , un préavis de grève d’un moi et demi ; on croit rêver . Le confinement n’est pas fait pour « em…..er » les français mais pour permettre de sauver un maximum de personnes et effectivement les écoles restent ouvertes pour éviter de créer des déserts scolaires mais pour certains travailler une année sans faire grève ,c’est probablement trop difficile.

  2. la veille du 11 novembre, ils sont forts ces profs

  3. Bonsoir
    Premier confinement : pas d’école pendant plusieurs semaines, une propagation du virus qui s’est fortement ralentie ; deuxième confinement, école pour tous, avec quels moyens supplémentaires ? pas grand chose sinon l’obligation du masque, même pour des élèves de 6 ans apprenant à lire, bon courage pour déceler des défauts de prononciation. Les enseignants ne font jamais grève par plaisir, perdre une journée ou plus de salaire, ça ne fait jamais du bien.
    Ils manifestent leur colère, ils réclament plus de moyens pour le bien des élèves, pour préserver la santé des enfants et pour leur assurer des conditions d’apprentissage corrects.
    Bon courage aux personnels de l’éducation nationale.
    Comme beaucoup de fonctionnaires, ils sont indispensables au bon fonctionnement de l’état. Encore faut-il leur attribuer le budget suffisant.
    Or depuis de nombreuses années, les différents gouvernants se sont attelés à démanteler la fonction publique, on voit aujourd’hui le résultat sur le système de soins.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *