Départementales 2021 – Une tornade s’abat sur le canton de Gueugnon

Mairie de Gueugnon.

Jean-François Forest, militant socialiste et ancien adjoint au maire de Gueugnon pousse un gros coup de gueule en direction du maire, Dominique Lotte et candidat aux départementales sur le canton de Gueugnon « qui se met à la table de la majorité départementale » écrit-t-il.

Jean-François Forest s’est entretenu au téléphone avec Jean-Yves Vernochet, maire de Montchanin, lui même écoeuré par le virage à droite du maire de Gueugnon. « Il ne sait plus où il habite » confiait-il je jour de la présentation des candidats Edith Calderon et Jean-Marc Frizot (groupe gauche 71) sur le canton de Blanzy.

A lire ci-dessous, la chronique de Jean-François Forest. Elle pique !

J.B.



Conseil Départemental de S&L : berné ou le curieux itinéraire de mon bulletin de vote  !

A propos de Dominique Lotte, de sa couleur politique, de ses déclarations

Y compris son interview parue le 05 mai 2021, annonçant ses 4 binômes

Panorama politique et moral d’un élu en S&L et du Canton de Gueugnon pour le 20 juin 2021.

A la fois profondément déçu et me sentant grugé : lorsque j’ai appris, fin janvier et bien fortuitement (car je ne lis plus la presse, version papier, au quotidien), l’attitude et la position du Conseiller Départemental de Gueugnon se mettant à la table de la Majorité de Droite de cette assemblée, en la rejoignant pour un avantage de situation qui m’est incompréhensible au plan de la conscience personnelle et de la finalité dans les idées qui sont les miennes et qui me paraissaient communes, avec lui, à jamais, vu d’où il venait au plan familial.

Plus maintenant car mes idées issues de l’histoire du socialisme (de Jean Jaurès en 1905 à François Mitterrand en 1981) ne sont pas solubles, à quelque niveau que ce soit, dans ce libéralisme que cette Droite de S&L représente, dans ce libéralisme -avec ses 200 familles- ferraillant contre les acquis sociaux de 1936 !

Le plus beau texte d’argumentation pour affirmer une démarche de rapprochement incongrue et déplacée avec les « ex » locaux de Nicolas Sarkozy ou une abstention budgétaire en séance à Mâcon ne peuvent cacher une réalité qui est tout autre : cette réalité qui conduit au reniement de ses valeurs voire à de la duplicité ; surtout lorsque son vote vient en opposition à un amendement de toute la Gauche 71 sur le « Plan Vélo » en ce début mars 2021, vote « contre son camp » qui épaule la Droite et confirme la nouvelle géographie politique ici et à Mâcon.

Toutes les explications, toutes les affirmations sur tel ou tel comportement, sur le fait de dire « Je suis toujours de Gauche. Je ne renie pas mes idées ! » qui ne sont que des subterfuges ou des balivernes ne résistent pas à l’analyse de l’évolution d’un camarade qui a quitté nos rangs (conséquence d’un conflit des égos et des paroles tenues ou pas selon, au moment des sénatoriales de 2015 où il avait reçu mon appui que je regrette vivement avec le recul) pour rejoindre celles et ceux qui ont sabré l’impôt sur les grandes fortunes dès qu’ils sont revenus au pouvoir, à l’analyse qui montre l’incompatibilité entre nos idées (le monde ouvrier) et les leurs (le monde patronal, comme la CCI au Creusot) quel que soit le niveau de décision : de la collectivité territoriale au cénacle gouvernemental.

Toutes ces explications, toutes ces affirmations éclairent le curieux itinéraire de mon bulletin de vote, itinéraire à « l’insu de mon plein gré ? » que voici :

Lors du précédent scrutin en 2015, j’ai mis, comme une majorité d’électrices et d’électeurs, dans l’urne un bulletin de vote, conforme à mes convictions, au nom de Dominique Lotte -et de son quatuor- parce qu’il était de Gauche -donc contre la Droite-et je vois… quelques années plus tard ce même bulletin apporter un soutien -malgré moi- au Président du Conseil Départemental qui appartient depuis toujours à cette famille « Les Républicains » et les « Divers Droite » et qui est- ne mettons pas cet aspect-là de côté, bien au contraire- l’acolyte (et 1er adjoint sur la même longueur d’onde) du Maire de Paray-le-Monial qui nous a constamment assaillis depuis le CADARC, qui est un fort soutien de ce catholicisme qui ne renie pas Mgr Marcel Lefebvre ou Charles Maurras et qui lorgnait déjà vers l’ intégrisme ( via « Civitas », en 2012 qui fait mieux comprendre et épingler cette connivence pour le moins nocive) ; vérité qui ne doit pas être oubliée, encore aujourd’hui, par souci d’éthique laïque, au moins la mienne.

Pourquoi parler de « Civitas » presque dix ans après ; parce que, éclairés par la Fraternité Saint-Pie X, ses militants viennent de manifester ce dimanche 02 mai 2021 à Paray-le-Monial (comme par hasard !) contre la « dictature sanitaire » (article du JSL) et que, donc, l’information de 2012 relative à ses accointances et à sa réalité locale est toujours d’actualité, n’en déplaise à la Droite et à ses alliés !

Cette route pour aller à « Canossa » me met à la fois en colère et en déshérence, me procure à la fois de la tristesse et de la révolte à propos des idéaux qui accompagnent le militantisme et le bulletin de vote… car elle annule des années d’amitié et de luttes électorales (combien de collages d’affiches…en saxo verte, combien de signatures pour les comités de soutien, et cetera… !) sur une terre ouvrière qui est structurellement et sentimentalement de Gauche, grâce au Parti Socialiste dans l’Union de la Gauche jusqu’à la Mairie conquise en 1983 ; PS dont je fus longtemps le Secrétaire de Section avec l’aide d’André Lotte -1er Secrétaire Fédéral (S-F)- fidèle lui-même à cette ligne-là avec le Congrès de l’Unité d’Epinay en juin 1971 ; PS dont je demeure naturellement membre malgré toutes les vicissitudes, embûches, difficultés qu’il traverse car il est ma famille philosophique et politique depuis des lustres, n’ayant jamais songé à le quitter même en cas de différends profonds comme d’autres l’ont fait pour calmer leur égo (pour rappel ma tribune parue dans le « Huffington Post » au moment des dernières élections européennes de 2019, avec page entière dans le JSL).

Et en agissant de cette manière en cette année 2021, d’aucuns oublient facilement – même s’ils affirmeront le contraire- ce Congrès de l’Unité (j’y étais, à 26 ans ; et je réclame toujours l’Unité à Gauche, indispensable en 2022 !) dont 2021 célèbre le 50ème anniversaire et le 10 mai 1981 dont 2021 célèbre le 40ème anniversaire comme au Creusot ce dimanche.

Cette démarche byzantine fait fi de toute cette histoire vécue, de tout cet engagement collectif, de toute cette passion partagée qui se retrouvent dans mon bulletin de vote, dans les partis ou groupes politiques comme celui de Gauche au Conseil Départemental ; la règle pour bien les vivre étant la discipline dans les décisions après un débat où les militants ou élus présents peuvent exprimer leurs points de vue, d’autant que le territoire d’un élu départemental est nécessairement la Saône-et-Loire ; non pas seulement tel ou tel canton.

Dommage qu’il en soit ainsi, avec cette aventure individuelle – ne comptant que sur son nom- s’envolant de plus en plus vers la Droite, dixit la presse !

Ou alors, nous annonçant s’être fourvoyé du côté de cette Droite de Paray-le-Monial jusqu’à Mâcon de qui il attendrait, in fine, un cadeau à venir , est-il capable pourtant de rentrer au bercail après cette escapade bizarroïde, localement nuisible voire mortifère pour nos idées issues de l’histoire depuis Jean Jaurès  ?

Car il est impossible -bis repetita placent- de se dire à la fois de Gauche et de fricoter, comme il le fait, comme mon analyse le montre, avec les diverses forces conservatrices (d’André Accary à Jean-Marc Nesme et Gilles Platret à l’occasion des élections sénatoriales) pour ne pas dire réactionnaires qui nous combattent depuis toujours, depuis Jean Laville, depuis le Front Populaire de 1936, depuis le Congrès d’Epinay de 1971, depuis le 10 mai 1981.

Mon espérance est qu’il soit suffisamment conscient du trouble qu’il provoque pour qu’il revienne à ce que son père a -avec d’autres comme moi- collectivement construit dans les années 70, ici et au plan départemental ; c’est-à-dire un Parti Socialiste qui rassemble en respectant les diversités et s’oppose à la Droite.

Bien à vous qui lirez ce texte  de douleur politique, d’une douleur morale qui ne saurait rester ni muette ni inerte et nous verrons dans les prochains jours comment évolue la situation…(écrit il y a quelques semaines)… !

La situation évolue si rapidement en quelques jours qu’elle est difficile à suivre en raison des circonvolutions qui tendent à expliquer les motivations qui vous conduisent de la Gauche vers la Droite, du Rose vers le Bleu ou le Blanc, avec un slogan qui n’est pas sans rappeler les présidentielles de 1988 mais qui, là, sonne creux parce qu’il rejoint l’actuel pouvoir départemental tenu par la Droite dans sa globalité, autrement dit celles et ceux qui ont soutenu la Liste des Républicains aux élections sénatoriales.

Ainsi donc, Dominique Lotte franchit le pas, renie complètement, quoi qu’il en dise, ses convictions premières, esquinte la Gauche : tout cela sans aucun regret, tout cela en essayant d’expliquer l’inexplicable ; alors qu’il vient simplement de retourner sa veste, comme dit l’expression si familière et si vraie dans ce cas-là, en plus en présentant des binômes contre ceux de son ancien parti, en minimisant le rôle des formations politiques qui ne serviraient plus à rien alors qu’elles sont inscrites dans la constitution et qu’elles sont un élément fondamental de la démocratie, un rempart de la cité qui évite les abus.

Dans tout cela, que va dire mon prochain bulletin de vote qui sait qu’il a déjà été floué comme le furent tant d’autres de ce pays gueugnonnais qui le vit mal parce qu’il n’admet pas les accointances avec la Droite même quand elle est présentée sous ce jour si ensoleillé par Dominique Lotte alors que la pratique et la politique territoriales sont bien différentes, de tous temps, selon que l’élu-e- est de Droite ou de Gauche.

Jamais, mon bulletin de vote n’a pu imaginer ou concevoir un tel retournement de moralité car il ne faut pas oublier trop facilement que le Parti Socialiste fut nécessaire à Dominique Lotte pour accéder aux postes de maire et de conseiller général et ce lâchage en devient bien amer et bas quant à la noblesse en politique.

Et que dire de la liste des candidatures publiées, ce mercredi 05 mai au soir, par la Préfecture de Saône & Loire relative au Canton de Gueugnon :

Le binôme d’Alain Bailly et Liliane Rehby n’a fait que trop de mal depuis que leur liste -dite de Gauche- aux municipales de 2001 fut élue avec une grande partie des voix de Droite, en se maintenant au second tour contre la liste d’Union de la Gauche et en l’exécutant : non merci, je continue à rejeter toujours fortement ce binôme qui se dit de Gauche par des voies biaisées et qui fera campagne, j’en suis sûr, en affirmant représenter seul la Gauche dans cette élection : ne mordons pas à l’hameçon en nous rappelant les élections municipales depuis 20 ans ; comme en 2014 quand leur équipe s’est retirée pour laisser le champ libre à la Droite au second tour !

Ce n’est donc pas mieux d’autant que depuis ce coup-fourré amoral de 2001 qu’elle perpétue, cette équipe ressasse ses rengaines à chaque scrutin local.

Et je puis vous assurer que ce binôme Alain Bailly-Liliane Rehby ne bénéficie d’aucune investiture, d’aucun soutien malgré ce qui se dit ici ou là.

Le 3ème binôme avec de parfaits inconnus au plan local (comme d’habitude) est celui du Front National dont Jean-Marie Le Pen est le créateur, maintenant Rassemblement National dont chacun connaît l’idéologie qui s’alimente aux racines de l’extrême-droite. Et sans faire aucune campagne, le RN/FN fait des voix qui votent RN/FN par automaticité sans que les gens connaissent les candidats car cela n’a pas d’importance.

Ce constat politique, où le Canton de Gueugnon et ses habitant-e-s ne comptent pas car il n’est que le jeu d’une alliance dénaturée pour la Droite, s’avère cruel : comment prendre position lorsqu’aucune offre politique ne vous convient puisque la Gauche (malgré ce que d’aucuns affirment ou affirmeront) est -ici- tristement absente de cette élection.

A noter que la Droite (« Les Républicains » ou « Les Divers Droite ») n’ont pas de binôme : mais n’est-il pas vrai que Dominique Lotte leur sert d’alibi et de candidat puisque voter Dominique Lotte, c’est voter André Accary (il le dit lui-même pour la présidence du département) ; et, en fin de compte, c’est voter Jean-Marc Nesme (soutien de « Civitas » en 2012) ; en ce raccourci à la fois vrai et édifiant : la Droite n’en espérait pas tant !

Que faire le 20 juin : aujourd’hui, je ne sais pas mais je vous le dirai en temps voulu.

Par ailleurs, l’un des éléments nouveaux et importants de cette campagne à la fois des cantonales et des régionales sera ce que les syndicats que je soutiens naturellement obtiendront des candidat-e-s sur le sujet brûlant qui agite les Forges de Gueugnon, autrement dit APERAM, car il s’agit de la survie, ni plus ni moins, de l’entreprise qui fut et demeure le poumon économique et humain en terme d’emplois de la région

Pour conclure, je vous serai gré, électrices et électeurs qui ont de l’intérêt pour un volet social, éducatif, médical, sportif, paysan affichant une proximité publique (au sens du bien commun) de tous les instants ; pour l’exigence climatique et les ressources en eau ; pour une approche innovante en matière humaine, économique et coopérative, solidaire, culturelle, estivale de votre territoire urbain et/ou rural ; pour le soutien aux petites mains ; pour un tourisme des paysages et des terroirs, des pierres et des mémoires digne de ce nom ; pour une droiture et une fidélité durables dans les convictions ; de faire pleinement confiance, pour la Saône & Loire, aux binômes présentés ou soutenus par les socialistes, des partenaires à Gauche, des élu-e-s de couleur verte, ouverts à la société civile qui se reconnaît en eux comme pour les élections régionales qui sont l’autre scrutin de ce 20 juin.

Merci d’avoir bien voulu prêter attention à mes propos. Respectueusement vôtre.

Jean-François Forest.(maire-adjoint honoraire de Gueugnon),

militant PS (Section de Gueugnon), le 10 mai 2021

(en souvenir du 10 mai 1981 qui ne s’oublie pas).

Texte rédigé et modifié entre le 30 janvier et le 10 mai 2021.

3 commentaires

  1. M. FOREST, en tant qu’ancien instituteur et donc pédagogue, votre dialectique est un peu courte.

    Vous restez embourbé dans cette dichotomie droite/gauche passéiste et mortifère: que des hommes de valeur à gauche et aucun à droite!

    Et bien ne vous en déplaise, être prisonnier d’un parti (pour la vie!) peut rendre bête et aveugle et n’est pas une référence. Votre document épistolaire en est la preuve: des mots, des mots une gabegie de mots… Vous auriez pu remonter jusqu’à Vercingétorix plutôt que de vous arrêter au front populaire…

    Seul compte le résultat in fine. L’intelligence voudrait que les hommes de valeur puissent collaborer pour le bien de leur concitoyens, qu’ils soient à droite ou à gauche. Plutôt que de rester « piégés » à vie dans un parti qui finit souvent par ne vivre que pour lui-même au détriment de la collectivité, en ressassant des complaintes interlopes ou stériles.

    M. LOTTE, merci d’avoir pris de la hauteur et de vous tourner vers l’efficacité sans freins de pensées! Laissez les jaloux pérorer à ras les pâquerettes puisqu’ils sont incapables de regarder plus haut, plus loin, plus utile et plus juste!

  2. ce Mr n’a pas évolué avec le temps

  3. Je pense que mon propos sera plus court que le texte fourre-tout de JF Forest.Il a évoqué Jean Jaurès le Front Populaire mais il a omis de parler de 1970 à 2000. à Gueugnon.
    Dès 72 , j’avais 18 ans, j’ai animé le club de canoë après le départ de Gérard Mollard. Je ne pensais pas à faire de la politique.
    En 78 j’ai créé mon entreprise . Je ne pensais pas à faire de la politique.
    En 83 je deviens Président de la FCPE à Gueugnon. Fin 90 je suis Président départemental.
    Je reviens à 89 , je suis conseiller municipal avec R Cottin et adhérent au parti Socialiste.
    en 96 je démissionne du PS et je deviens l’homme à abattre. Et l’homme de main est JF Forest.
    Donc,n’en déplaise à Monsieur Forest nous sommes soutenus par le groupe de gauche du département. j’espère que la droite gueugnonnaise menée par DLotte sera battue le 20 et 27 juin.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *