Déconfinement – Marché de Montceau : Bertrand Federici, le retour du fidèle ami

Il a le masque. Non, Bertrand Federici ne fait pas la gueule mais en ces temps encore incertains où rode le covid-19, il porte l’accessoire indispensable à la mode (sauf sur les photos).

Sous un soleil éclatant, ce samedi matin sur le marché de Montceau, « le Corse » de Génelard est heureux de retrouver le quai du canal du Centre, face à l’église, un endroit qu’il connaît depuis des lustres. « Je faisais les marchés avec mon grand-père puis mon père, toujours dans le vêtement » explique-t-il. Il est à son compte depuis 1988. Imaginez le temps passé au milieu des fringues. « Mon père est venu à partir de 1979 ».

Enfin, Bertrand Federici est de retour à Montceau. Il est bien venu samedi dernier mais avec le déluge, comme d’autres, il a préféré ne pas déballer, car depuis le confinement, son activité a été à l’arrêt total. Il a tenu le coup.

Depuis peu, il a repris le chemin des marchés, à Gueugnon et Paray-le-Monial. Il compare. « Ici à Montceau, c’est un peu plus mou » dit-il avec un petit air de satisfaction quand même. Parce que Bertrand, avec le temps a su s’attirer les grâces de ces dames. « Je ne fais que du vêtement pour femme ». Et elles lui sont fidèles. « Alors elles reviennent » ajoute-t-il.

« Après deux sans rien acheter, elles en ont envie »

« Quel plaisir de les revoir après une si longue absence ». Sur le marché, elle filent directement sur son étal, des années qu’il est à la même place. D’où l’importance de l’emplacement.

Sur les coups de midi, à l’heure du remballage, non sans avoir par moments rendu visite à ses amis forains, « c’est bon de se revoir également », il tire un premier bilan. « Vous savez, les clients, ils viennent ou ne viennent pas, il n’y a pas de règle mais j’avoue que pour ce retour, ce n’est pas trop mal ».

Avec son regard affûté, des années à observer la clientèle, « je me rends bien compte qu’après plus de deux mois sans rien acheter, elles en ont envie », analyse-t-il. Le soleil, davantage de liberté, ce besoin de se faire plaisir, ces dames sont attirées par la mode printemps-été.

Et dans le textile, Bertrand Federici, connaît les goûts de ses clientes. Là aussi, il a l’oeil et pour les satisfaire, « je propose de la marchandise fabriquée en France. Tout est fait dans les Deux-Sèvres » précise-t-il.

Les marchés d’un côté et la vente dans les EHPAD et les maisons de retraite d’un autre. Mais là encore, avec le confinement, ce fut impossible de visiter les établissements. « Alors j’ai proposé un catalogue sur ma page Facebook. Aux Peupliers à Montceau, la responsable a édité le catalogue et le faisait circuler chez les résidantes ».

Bertrand Federici, 61 ans au mois d’août a un amour immodéré pour son métier, il se repère comme les couleurs chatoyantes de ses robes. L’ami du marché est de retour.

Jean Bernard

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *