Covid – Un membre du personnel du laboratoire Carron à Montceau placé en quatorzaine

Mercredi, en début d’après-midi, des personnes ont pris connaissance de la fermeture du laboratoire Carron à Montceau par une affichette.

Gilbert Carron, président du laboratoire de biologie médicale, joue immédiatement la transparence. « Une personne du personnel du laboratoire à Montceau-les-Mines a été détectée positive au covid-19 ce lundi. Cette personne a immédiatement regagné son domicile et observe une quatorzaine ». Un cas positif symptomatique est-il besoin de préciser.

Il ajoute, « cette personne reviendra en pleine forme ».

Cette information a été communiquée à L’informateur de Bourgogne par un appel téléphonique anonyme. « C’est de la délation, une rupture du secret médical » fait ouvertement savoir Gilbert Carron. « Quand on pointe quelqu’un ou une entreprise, c’est qu’on y recherche un intérêt. C’est de la pâtée pour chien ».

Le président se veut toutefois  rassurant. « Nous avons suivi scrupuleusement les directives de la DGS (direction générale de la santé) qui prévoit justement la marche à suivre dans cette situation ».

La personne infectée n’est plus là et le « personnel est toujours opérant » précise-t-il. « Si nous avions un vrai problème, le laboratoire n’aurait pas rouvert mardi matin ». Un cas isolé circonscrit.

Qu’un personnel de santé soit touché par la covid-19 n’est pas surprenant. Combien le furent-ils au sein du centre hospitalier de Montceau ? « Est-ce pour autant que l’hôpital a cessé de fonctionner ? » interroge Gilbert Carron. « Le personnel soignant est davantage exposé. Et il nous faut assurer la qualité du service ».

Le vrai problème au laboratoire Carron, c’est la surcharge de travail  auquel il doit faire face avec les tests covid-19 pratiqués chaque jour. Et comme toute entreprise, le labo gère les absences du personnel _ vacances, maladie.

Alors pour travailler dans le calme, en accord avec le personnel, « nous avons décidé de fermer le laboratoire l’après-midi, mercredi, jeudi et vendredi » explique le président. « C’est sans rapport avec le cas positif. Dès lundi prochain, nous reprenons nos horaires habituels ».

Le virus, on nous le rabâche à longueur de journée, circule toujours et « va toucher tout le monde mais de manière plus atténuée. Dès que vous enlevez votre masque, vous êtes exposés » affirme Gilbert Carron. « Nous devons absolument respecter les gestes barrières, prendre toutes les précautions. La covid s’en prend à tout le monde ».

Jean Bernard

 

5 commentaires

  1. C’est incroyable le nombre de bêtises que peut sortir Gilbert Carron, dès qu’on enlève le masque on est exposé …
    c’est le contraire en mettant le masque on s’enlève de l’oxygène que l’on respire, on trouve de très bonnes explications sur internet sur ce sujet …
    Il ne faut surtout pas faire ce test de dépistage du covid-19 A part si vous souhaiter tomber malade dans les jours après le dépistage…
    vous allez perdre du temps est votre santé à faire ce dépistage

  2.  » on trouve de très bonnes explications sur internet »
    Oh oui….
    https://factuel.afp.com/ces-affirmations-sur-les-dangers-du-port-du-masque-sont-fausses
    Si je vous comprends bien, vous accusez M. Carron de contaminer ceux qui vont se faire tester .
    A sa place, je crois que je réagirais…..
    Combien de tests pratiqués par ce labo et combien de malades ensuite ?
    Une pensée émue pour cette personne qui fait partie de celles qui s’exposent pour l’intérêt de la collectivité.

  3. « une quatorzaine et il reviendra en pleine forme… » ????
    Qu’en sait donc Monsieur Carron ? Peut-être son employé fait-il partie des 30% de faux positifs ?…. Il faudrait commencer par s’assurer qu’il a bien une charge virale conséquente. Et l’envoyer chez lui sans traitement est-il bien responsable ? Quid s’il a une famille nombreuse ? Quid s’il dérive vers une forme grave de la maladie ? (mais c’est très improbable aujourd’hui…). En tout cas la sagesse aurait voulu qu’on en sache plus, et, le cas échéant, qu’on lui propose le traitement initial à la chloroquine pour faire chuter le nombre de virus et raccourcir vraiment la contagiosité éventuelle.
    Politique élémentaire que nos autorités toutes ds l’esbroufe et la compromission ignorent superbement.

  4. Quelques interrogations physiques et biologiques dont je n’ai pas forcément les réponses :
    Les échanges gazeux sont-ils plus efficaces en milieu ouvert ou en semi-ouvert?
    L’être humain se sent-il mieux en milieu aéré ou confiné?
    Y a-t-il une meilleure dilution des polluants en extérieur ou en intérieur?
    L’apport optimal d’oxygène est-il indispensable pour le système immunitaire?
    Le gaz carbonique évacué est-il mieux évacué sous un masque ou sans?
    Quelques affirmations : 1) le masque protège bien du virus (plus ou moins, car il n’empêche finalement pas d’attraper le virus mais en plus faible quantité, donc sans conséquence grave). 2) Le virus circule….. comme tous les autres. 3) Quand on veut étudier scientifiquement une question, on observe TOUS les chiffres et TOUS les cas ainsi que TOUS les paramètres de manière neutre et empirique (eh oui! c’est du boulot!) (pensez aux ornithologues qui comptent un par un les centaine de milliers de petits points blancs (les oiseaux) sur une photo des îles de Bretagne) ; puis on relativise quand on ne sait toujours pas, on passe alors aux statistiques et à l’Histoire.
    J’ai l’impression que nous serions en train de prendre le problème à l’envers. Question sans réponse : essayerions-nous d’éviter à tout prix un virus inévitable, au lieu d’organiser un système de soin optimal de telle sorte que les patients soient le mieux soignés possible? La prévention est formidable, et je l’encourage à fond : « mieux vaut prévenir que guérir » (il est surtout prouvé que les maladies aigües ont des séquelles sur l’organisme), mais comme toute chose dans la Vie, elle a ses limites. Et parfois, le « remède est pire que le mal ». TOUT EST QUESTION DE PONDÉRATION ET D’ÉQUILIBRE HÉMOSTATIQUE. Donc une prévention intelligente est bien mieux que du « tous pareil à la louche tout le temps » (et puis, ils ne portent pas de masques sur les plateaux télé qui ne sont pas à l’extérieur jusqu’à preuve du contraire).
    Question sans réponse : tous ces débats n’occultent-ils pas en fait le manque de moyens criant du système de soins et la volonté de ne pas en ajouter pour continuer à faire du commerce pour accumuler sans fin de l’argent? (voir le film « Les dix commandements », passage du culte du veau d’or et comment cela finit…. toujours mal pour les peuples)

    • Excellente analyse qui fait se poser les bonnes questions…et relativiser la folie furieuse sanitaire qui régit nos vies depuis plusieurs mois, au détriment du raisonnement éclairé.
      De toute façon, dès que l’on émet des observations un tant soit peu critiques sur la gestion de l’épidémie en France, tombent les réponses toutes faites « vous verriez les choses différemment sous respirateur » « porter un masque ne vous protège pas vous mais les autres » (comment en est-on arrivé à ces inepties? où le logos s’efface systématiquement devant le pathos? Ou on porte en étendard des cas très isolés pour en faire une généralité?). On jette aux orties toute une économie, les vies sociales, associatives, sportives, culturelles, le développement des enfants et adolescents en faveur d’une politique sanitaire désordonnée, infantilisante et globalement inefficace qui met en lumière les lacunes et gabegies criantes de notre système de santé, sans parler des conflits d’intérêts qui phagocytent et étouffent toute initiative qui leur serait économiquement et stratégiquement défavorable. A toutes fins utiles, rappelons que l’on parle d’un virus qui tue 0.7% des personnes qu’il contamine (et dans leur grande majorité des personnes âgées de plus de 80 ans et/ou souffrant de comorbidités lourdes- bien que les statistiques ne changent rien lorsqu’on est concerné), pas de la peste…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *