Conseil régional – Rémy Rebeyrotte inquiet avant le débat budgétaire

Communiqué de Rémy Rebeyrotte, député de Saône-et-Loire et conseiller régional (LREM).

Région Bourgogne Franche-Comté : une Majorité divisée sur l’essentiel

et une Région lanterne rouge.

La semaine qui s’ouvre sera marquée par le débat budgétaire à la Région.
Hélas, deux constats sont à faire :
– la Majorité Régionale -PS, PC et verts- est divisée sur des choix essentiels :
l’organisation des transports et leur ouverture à la concurrence, la place et l’investissement dans l’industrie nucléaire civile et, au-delà, les choix en matière de développement industriel. Et les divisions s’étalent au grand jour, devant les partenaires, devant les investisseurs, devant les entreprises, devant la population, renforcées encore par le fait que la Présidente joue clairement la Franche-Comté contre la Bourgogne, alors qu’elle devrait incarner l’unité Régionale.
– les conséquences sont bien réelles : alors que l’État a signé l’un des premiers contrats de plan nouvelle génération avec la Bourgogne Franche-Comté, celle-ci est « la lanterne rouge » des régions françaises de la reconstitution de l’emploi salarié d’avant-crise. Le mot « lanterne rouge », je l’emprunte à la presse économique suite à l’analyse fournie par les URSSAF. Les effectifs salariés permanents ont progressé deux fois moins vite que dans les autres régions, l’intérim trois fois moins vite. Le secteur de la construction est désormais en recul et l’industrie a perdu 2,8 % de ses effectifs pendant la crise, contre 1,7 % au plan national. La situation, note l’étude « ne permet pas de compenser les pertes de l’année 2020. Notre région est celle qui a le plus perdu de masse salariale en 2020. Elle ne retrouve toujours pas son niveau d’avant-crise et les 3200 postes qui ont été détruits depuis fin décembre 2019. La Région Bourgogne Franche-Comté est la seule région française dans ce cas. Partout ailleurs, le nombre de salariés du privé a rattrapé et même dépassé celui d’avant-crise ».
Pas sûr que le refus de la Région d’être cosignataire, au côté de l’État, des Départements et des EPCI, des Contrats de Relance et de Transition Ecologique (CRTE) dans les différents territoires de Bourgogne Franche-Comté soit de bon augure, au moment où un sursaut serait plus que nécessaire.
Encore faudrait-il que la Majorité Régionale s’entende sur l’essentiel. Les voyants sont au rouge. Cela mériterait donc pour le moins de se serrer les coudes !

Rémy Rebeyrotte
Député de Saône-et-Loire
Conseiller Régional de Bourgogne Franche-Comté

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.