Communauté urbaine – Le mouton d’Ouessant, la tondeuse à quatre pattes

Un jour peut-être, le mouton d’Ouessant deviendra-t-il un animal de compagnie et aura notamment le rôle de désherber les rues de nos communes ou encore les cimetières…

Chacun d’ailleurs s’en rend compte aujourd’hui, l’herbe pousse aussi vite que se propage la 4e vague du covid en ce moment, selon les dires du porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal. Il parlait du virus, pas de la végétation.

Alors comment trouver une alternative à l’interdiction de pesticides de synthèses par les municipalités depuis le 1er janvier 2019 ? C’est un véritable casse-tête et le citoyen qui paie ses impôts selon la formule consacrée, ne comprend pas que les « mauvaises » herbes envahissent le domaine public et poussent sur le trottoir devant chez lui.

Achetez un mouton d’Ouessant comme comme vient de le faire la communauté urbaine Creusot Montceau qui expérimente l’éco-pâturage sur les hauteurs du Creusot. D’autant plus que cette race est menacée d’extinction mais surtout, le Ouessant est la tondeuse écologique par excellence. Il est noir avec de très belles cornes et dévore tout sur son passage. Une vraie tondeuse à quatre pattes.

J.B.


 


Le Creusot : expérimentation d’un éco-pâturage

La communauté urbaine lance une expérimentation d’éco-pâturage pour l’entretien de ses espaces verts. Depuis le 6 juillet, des moutons ont investi une parcelle communautaire située sur les hauteurs du Creusot.

L’éco-pâturage permet l’entretien d’espaces verts tout en s’inscrivant dans une démarche écologique. Ce mode d’entretien 100% naturel est assuré par le pâturage d’animaux herbivores et offre une alternative à l’entretien mécanique.

4 à 6 moutons vont ainsi remplacer tondeuses et débrousailleuses, et brouter l’herbe à ras sur une parcelle communautaire de 9 000 m², située entre l’allée des Vosges et la rue Docteur Rebillard au Creusot. Le nombre de moutons varie en fonction de la pousse de la végétation. La présence régulière d’un berger assure la sécurité, l’alimentation et la santé du cheptel.

Cette expérimentation va durer un an. Si elle s’avère concluante, l’éco-pâturage sera étendu à d’autres parcelles de la communauté urbaine.

L’éco-pâturage présente de multiples avantages :

  • Préservation et développement de la biodiversité
  • Diminution des coûts de gestion, notamment dans les endroits peu accessibles aux engins
  • Lutte contre les espèces invasives
  • Réduction significative des moyens mécaniques
  • Suppression des produits chimiques dans l’entretien des espaces verts
  • Réduction des nuisances sonores
  • Réduction des déchets verts à la source

Cette démarche écologique s’inscrit dans la même direction que les actions menées par la communauté urbaine dans sa politique d’entretien des espaces verts (évolution des techniques utilisées avec la suppression des pesticides et des produits chimiques). Elle fait également partie d’une des priorités du projet de mandat 2020-2026 de la communauté urbaine, à savoir la transition écologique au cœur de la vie quotidienne.

Le coût de cette expérimentation (installation de la clôture et gestion de l’éco-pâturage) s’élève à 14 400 € TTC.

8 commentaires

  1. Et des phacochères pour nettoyer les trottoirs🤔🤔👍

  2. Bonjour, j’ai un bélier Ouessant comme animal de compagnie. Je peux vous dire que cet animal est très intelligent et attachant. Pour info, ils ne sont pas tous noir. « Francis », mon bélier est crème. Il en existe également des couleurs caramel. Voilà, bonne tonte à vous!

  3. Je suis OK pour la non utilisation de pesticides, mais il y a bien d’autres solutions pour nettoyer les trottoirs, cimetières.
    Je désherbe devant chez moi mais vers certaines maisons cela fait peur.
    Donc oui la municipalité doit faire quelque chose. En plus cela permettrait d’enlever cannettes, sacs de restauration rapide etc…

  4. Baveu.baveu@ neuf.fr

    Les moutons de panurge c’est pas mal.

    Et il y en a tant

    Ne vous en privez pas

  5. JeBroutePasNimporteQuoi

    Ça fait plusieurs fois que l’on lit des tentatives d’introduction d’animaux comme « tondeuses écologiques », à grand coup de com’ dans les médias.

    Mais on n’a jamais l’annonce médiatique de l’abandon du projet et du retour aux moyens utilisés précédemment …

    Car une unique sorte d’animal ne va pas tout tondre :
    Il restera des plantes délaissées qui vont profiter et peut-être proliférer.

    Je ne suis pas spécialiste, je fais juste un constat.

    Peut-être faudrait-il un « mix » d’animaux (mouton, chèvre, vache, autre …), mais de toute façon il faut prévoir une intervention humaine pour les plantes délaissées par les animaux …

  6. Brigitte Vervin garrier

    Oui j’ai moi aussi 4moutons qui font le travail de tonte. Ils s’apprivoisent sont efficaces et résistant. Que du bonheur et.de la vie !
    Il est cependant neccessaire de protéger les arbres car ils grignotent l’écorce et un abri pour les jours de grand soleil.
    Avec une protection, les ouessants c’est que du bonheur.

  7. J’ai lu que le vol des engins de chantier avait explosé depuis le confinement….
    Vous ne craignez pas le vol de tondeuses consommables ?

  8. A quand des moutons dans les cimetières……….

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *