Blanzy – Quand l’amitié sonne juste

Une petite musique du matin, voilà de quoi démarrer la journée sur une bonne note. Ce sont les habitants de la rue du 19 mars 1962 à Blanzy qui ce dimanche ont eu cette chance. Pas le chant du grillon mais une aubade par la batterie-fanfare sous la direction d’Olivier Boreau qui a fait résonner les notes mélodieuses et cuivrées d’un programme musical festif.

Canotiers sur la tête, soleil oblige, les musiciens ont donc enchanté le public réuni place de l’Amitié _ tout un symbole _ dans un quartier que les résidents nomment Les Alouettes Sauvages et le maire, Hervé Mazurek, Les Alouettes de Sévigny. Dans le même ton mais pas la même note. Monsieur le chat, lui, ne se posait pas la question, il écoutait d’une oreille musicale.

Pour la batterie-fanfare, se produire dans les quartiers de Blanzy est un bon moyen d’aller à la rencontre des habitants « de mieux nous faire connaître aussi » souligne un musicien. Accord parfait.

J.B.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *