Blanzy – Fermeture du Crédit Agricole, le casse de l’année

La séance du conseil municipal lundi soir à Blanzy se présentait paisible avant que le maire ne ternisse l’ambiance avec l’annonce de la fermeture de l’agence du Crédit Agricole à horizon du premier semestre 2019.

Mauvaise nouvelle, coup dur, Hervé Mazurek est en colère. « C’est la mort programmée de nos territoires à visage humain » lâchait-il. Il aurait aimé dire à messieurs Fontaine et Delhomme (du Crédit Agricole) à l’issue de la réunion de 7 septembre dernier, de retourner d’où ils venaient… tout en restant poli !

Fermer l’agence mais pourquoi, pour quelles raisons? Une réorganisation du territoire? le maire veut bien encore l’entendre mais pas l’annoncer « avec désinvolture et mépris envers les habitants et le maire » soulignait-il, amer.

Alors comment comprendre que le CA, une banque classée dans le top 10 mondial, qui verse dans les 8 M€  par an à la Fédération française de football, « puisse annoncer purement et simplement la fermeture de son agence à Blanzy ». Hervé Mazurek ajoutait: « Je ne veux pas que la ville de Blanzy soit sacrifiée sur l’autel des profits ».

Le 10 septembre, il adressait un courrier au directeur de la Caisse régionale du Crédit Agricole Centre-Est (lire ci-dessous). La responsable Domaine Qualité Vie du CA Centre-Est lui a répondu (lire également ci-dessous). « C’est du foutage de gueule » formulait Hervé Mazurek dont ce n’est pourtant pas dans ses habitudes d’employer ces termes.

S’opposer à la fermeture de l’agence du CA, est-ce un combat perdu d’avance pour Blanzy ? « Bien sûr il y a internet pour faire des opérations bancaires mais nous avons toujours besoin de l’humain d’autant plus que la fracture numérique est bien réelle » avançait le maire.

L’annonce est faite. Les réactions dans la population et les clients du Crédit Agricole ne vont pas tarder. Le Crédit Agricole, toute une banque pour vous mais pas vous à Blanzy.

Jean Bernard

3 commentaires :

  1. Il ne sert à rien de vitupérer.

    Nous allons perdre nos conseillères et conseillers oh combien sympathiques et performant (e)s, derniers recours quand les difficultés paraissaient insurmontables.

    A la place, un point de chute chez un commerçant ????

    Il n’y a pas 36 solutions, afficher un dédain identique.
    Première approche, prendre contact avec d’autres banques pour optimiser la façon de solder nos comptes avec le C.A.

  2. Monsieur le maire de Blanzy ne voit jamais rien venir.
    Pour exemple fermeture de boulangerie, de plusieurs commerces dans la rue principale.
    Qu’a t’il fait en amont????

    Une fois devant les faits, c’est trop tard
    Blanzy ville dortoir.

    • Bonjour Jean M.

      Ne mélangeons pas tout, voulez-vous.
      D’une part, les maires n’ont pas le pouvoir (bien heureusement) de dicter leur conduite aux commerçants. Si le commerçant veut mettre la clé sous la porte dans une rue dédiée à la circulation où le stationnement est problématique, que faire pour l’en empêcher ? Agir en amont, dites-vous, eh bien comme vous semblez avoir la solution, faites-en profiter la communauté. Tous les maires vous en sauront infiniment gré.
      D’autre part, parlons du drame (car c’en est un) de la fermeture de l’agence du Crédit Agricole : Ceux que nous qualifierons de « hauts responsables » ont mis le maire devant le fait accompli, ainsi que le conseil d’administration départemental du Crédit Agricole.
      Je puis vous affirmer que les administrateurs départementaux, eux non plus, – pour reprendre vos propos – n’ont rien vu venir, alors comment osez-vous prétendre que le maire pouvait (et devait) être au courant de l’affaire ?
      Et, si vous avez des solutions à proposer, n’hésitez-pas à les faire partager : celles-ci seront les bienvenues.

      Bien cordialement,
      MicMont

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.