Blanzy – 22 v’là Eric Mény, l’Ardennais, pour sa centième

Depuis 2012, chaque 22 du mois, Eric Mény publie sur Facebook sa lettre « Un Ardenais en Bourgogne ». Ce dimanche 22 août 2021 est un jour particulier puisqu’il s’agit de la centième.

Eric Mény à Blanzy, tout le monde connaît. Une bouille sympathique qui malgré ses origines, se fond dans le moule. Blanzynois, il l’est, Ardenais il restera lui qui est né à Charleville-Mézières, le fief de la chaussure Bata.

Même si on ne devrait jamais quitter Montauban disait Lino Ventura dans Les tontons flingueurs, notre homme a quitté son Ardennes natal pour s’établir à Blanzy. Bien lui en a pris. Mais couper le cordon ombilical reste toujours une blessure de l’esprit même si dans l’âme il a su gravir les sommets et toujours se surpasser quand en 1993 et 1994, des chefs d’établissements spécialisés avec en tête Eric Mény, ont su bâtir un projet et accompagner des jeunes à la Bérade dans le Grand Oisans. Ce premier de cordée, discret de nature mais efficace pour toujours aller plus loin, toujours plus haut, malgré tout, est devenu un sportif longue distance.

Sa seconde vie en Bourgogne, Eric Mény a voulu en laisser une trace comme ses crampons dans la neige et s’inspirer de cette petite lettre des Ardennes, « La brève de sentier » pour imaginer une production similaire à tonalité bourguignonne.

L’idée de publier un almanach en 2022

« Eric conserve la fibre de son engagement, le respect des valeurs d’un homme de terrain, sensible à la beauté de la nature, à sa poésie et à sa sauvegarde. Le nom de baptême  de sa brève mensuelle, Toujours plus loin malgré tout, est un signe fort de la reconnaissance et du souvenir de ce projet si riche humainement. Tous les mois, sa brève se conjugue à la sauce bourguignonne avec de temp en temps, des références à ses racines ardennaises. Une élégante composition qui attire de nombreux lecteurs enthousiasmes (plus de 400 abonnés) d’ici et d’ailleurs » dit de lui, Guy Pleutin, un compagnon de route.

Aujourd’hui 22 août paraît la centième de « Un Ardennais en Bourgogne ». Pour marquer l’événement, « je publie non pas quatre pages mais seize avec pour thème le 100 » précise Eric Mény. De quoi se faire un sang d’encre.

« Chaque mois, cela représente entre 30 et 40 heures de travail » dit-il. Avec lui, vient l’épauler une trentaine de rédacteurs du « cru », des Bourguignons. Au total, ce sont 400 pages qui ont été publiées, 2000 articles, 1200 photos, la production de deux dessinateurs, huit correcteurs _ un vrai travail de professionnel _ et le résultat de 9000 km de randonnée, « c’est là où je vais chercher, où je trouve mes sujets » souligne l’Ardennais-Blanzynois.

Eric Mény va poursuivre ses publications. On ne s’arrête pas en si bon chemin. Mais il a une autre idée, celle de publier un almanach comme l’almanach Vermot. Il est, pour ainsi dire, déjà prêt et pourrait ainsi fêter fêter dignement les dix ans de « Un Ardennais en Bourgogne » en 2022.

22, on y revient. Pourquoi le 22 de chaque mois ? « Mon fils est né un 22 ». En numérologie, le 22 est potentiellement le plus puissant de tous les nombres. Un signe qui ne trompe pas. Va pour l’almanach en 2022.

Jean Bernard

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.