Attaques d’un loup – Les tirs doivent cesser, demande Combactive

Protection contre le loup.

Communiqué de l’association Combactive.

Saône-et-Loire, département en marche

pour le record du nombre de loups abattus.

L’arrêté du préfet autorise à nouveau des tirs
L’association Combactive demande la suspension de cet arrêté

 

Nous avons décrypté la méthode dès que le nombre d’indemnisations devient trop important, « quand le loup coûte trop cher » les préfets rédigent systématiquement des arrêtés autorisant les tirs.
À quelques jours d’intervalle, tirs d’effarouchement, tirs de défense, tirs de défenses renforcés pour finir par les tirs de destruction. « Le loup est mort, celui là ne coûtera plus rien ».
Quel enseignement à t on tiré du dernier abattage de loup fin d’année dernière ?
Les professionnels de l’élevage sont ils mieux protégés aujourd’hui ?
Bénéficient ils de moyens adaptés à leur exploitation ?
– Filet de 80 cm en plastique souple ou grillage Ursus de 140 cm enterrés de 20cm
– 1, 2 3 fils électriques
– Combien de chiens de protection « fonctionnels » sont présents sur le département et pour combien de Brebis
La préfecture fournit elle aux éleveurs des informations fiables sur la présence de grands carnivores sauvages ?
Argent public gaspillé
– 3 nouveaux louvetiers portant ainsi l’équipe de 16 à 19 membres
– 36 chasseurs ont été formés et habilités par le préfet pour participer aux opérations de tirs de défense
– Mobilisation de la Brigade Mobile d’Intervention ( Fusil d’assaut, lunette de vision nocturne)
– Achat pour les louvetiers de caméras thermiques, lampes torches longue distance pas pour observer le loup mais bel et bien pour le tuer.
Plutôt que de mettre les moyens de protection efficaces et adaptés, la préfecture préfère abattre la faune sauvage avec l’argent public.
Est on certain que le loup est bien l’auteur de toutes les attaques qui lui sont imputées Rien n’est moins sûr.
Le comble, Combactive remplace l état et propose de payer un certain nombre de tests ADN pour avoir enfin des certitudes.

Pourtant les solutions pérennes existent.
Vidéo d éleveurs écoresponsables https://youtu.be/S4fOXdHeOXw
C’est pourquoi nous demandons au préfet Julien Charles de suspendre ses arrêtés de tirs et d accepter l’aide des associations pour mettre en place les solutions pérennes pour les éleveurs et pour l ‘Environnement.

La cellule de protection Cerbère vient de voir le jour pour porter assistance aux éleveurs ayant confirmé la présence d’un prédateur et en demande d aide.
Tous les partis doivent être acteurs bienveillants.
Autour de la table, il est nécessaire d’aborder l’accès aux terrains pour éviter la multiplication des parcelles. SAFER, Région et Syndicats agricoles doivent se concerter pour réattribuer des lots cohérents pour chaque éleveur (échange de terrains par exemple).
Les tirs doivent cesser.

Un commentaire

  1. C’est pas de réver les gars , c’est de montrer l’exemple .
    Il ne faut pas étre le Cul dans un fauteuil a japper a tout va .
    Il faut avoir le courage de prendre une ferme , d’élever 100 brebis en Bourgogne en présence d’un loup , de relever les manches et d’essayer de protéger ces moutons et d’étre capable de s’en tirer .
    Je suis sur qu’après quelles que nuits de veille et de pertes de brebis ou d’agneaux , au bout de six mois vous vous dites aller c’est bon je retourne le cul dans mon fauteuil et je me la ferme car moi plus Combactive

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *