Amiante – « Comme un poison dans l’eau » demande le référendum avant juin

Communiqué – Nous recherchons depuis deux mois comment ce projet de décharge a pu s’introduire dans le paysage du hameau de Bourgueuil à Mont-Saint-Vincent. Nous nous opposons clairement à ce projet et interpellons, questionnons élus, collectivités, instituts, spécialistes, ministres, presse locale et nationale…
Nous avons relevé fin février que le PLUI, approuvé par 67 élus de la CUCM en juin 2020, intégrait cette phrase dans son livret 1-7 Evaluation Environnementale :  » le périmètre de la carrière de Mont St Vincent a été agrandi au Sud-Est pour permettre le stockage de déchets inertes et de déchets non dangereux, autorisé dans le cadre de la reconversion du site »
Surpris que le projet d’ISDI et d’ISDND, mots savants pour les décharges modernes, ait déjà été programmé et autorisé par la CUCM. Nous avons adressé le courrier daté du 23 mars ci-joint aux 68 élus ayant participé au vote de ce projet pour en savoir un peu plus.
Rien de choquant dans ce courrier, plutôt un questionnement et un étonnement de notre part, surtout que l’entreprise Rougeot ajoutait sur 20 ans un enfouissement de 100 000 tonnes d’amiante à l’ardoise.
Les quelques réponses que nous ayons obtenues de ces élus et des rares participants à la commission élaborant le PLUI ne se souviennent pas avoir travaillé sur ce sujet d’enfouissement… et là nous ne parlons pas que de l’amiante, mais des ISDI et ISDND, les fameuses décharges qui accueillent officiellement, suivant les sites Véolia, les encombrants, les déchets industriels banals, les ordures ménagères, les bio déchets, les déchets électroniques, les inertes (terre, déblais, gravats, mâchefers), les déchets commerciaux et de chantiers, les boues , les terres polluées, les matières de vidange….
Qui alors, a pu décider cette implantation dans la carrière de Bourgueuil, surtout que les élus de Mont Saint Vincent rencontrés la semaine dernière, nous ont certifié que le PLU de MSV rapporté en 2017 à la commission PLUI de la CCM n’indiquait rien à ce sujet.
Nous espérons rapidement rencontrer le Président et les conseillers de la CUCM qui ont construit le PLUi, d’une part pour avoir des explications sur ce document et d’autre part pour comprendre pourquoi il n’y a pas ici plus d’encouragements sur les méthodes d’inertage ou de traitement par l’acide de l’amiante qui valorise ces déchets, également pour les autres déchets d’ailleurs.
Pour cela, un courrier au Président et un courrier aux conseillers leur a été adressé mercredi.
Le maire de MSV nous a confirmé sa position de vouloir organiser un référendum à l’automne, pour exprimer la position de la commune face à ce projet. Alors la population donnera son avis et déchargera ainsi le Conseil Municipal de cette responsabilité, ce qui évitera d’éventuels contentieux de la part de l’entreprise Rougeot si la commune se positionnait dès maintenant.

Pour nous, si référendum il y a, nous ne devons pas attendre le mois de septembre.
La décision de la DREAL peut être très rapide et l’enquête publique va être ouverte quasiment dans la foulée. Il faut le préparer dès maintenant et l’idéal serait de le faire avant les élections du mois de juin.
Nous serons bien sûr invités à discuter sur le choix de la question qui sera posée, mais, il est clair que ce sera NON à toute Installation de Stockage de Déchets.
Car s’il n’y a ni ISDI, ni ISDND, il n’y aura pas d’amiante.
Qui aimerait voir l’énorme excavation de la carrière, d’un volume de quelques millions de mètres cubes, se remplir avec la liste de déchets vu ci-dessus ?
Personne, et pour s’en convaincre il suffit d’accéder à notre Blog : https://commeunpoisondansleau.over-blog.com
Et une fois convaincu, vous pouvez signer notre pétition : https://www.change.org/commeunpoisondansleau

Le collectif

 

Lettre CUCM

Un commentaire

  1. Travail très pointu,de la recherche c’est évident,en espérant que ce projet n’aboutisse pas

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *