Le cercle des poètes inconnus

Un « je t’aime » est si simple. Deux mots exprimés en une fraction de seconde.
Seulement ils marquent beaucoup plus que ces quelques secondes…
Alors comment l’utiliser? Quand? À quelle fréquence ?

« Je t’aime » est si lourd de sens, mais il vieillit mal dans ce monde où tout va si vite :

« je t’aime » par ci, « je t’aime » par là, des  « love you » à tout va, etc.
Comment être sûre du sens qu’on lui porte ? Pouvons nous aujourd’hui faire confiance à cette si belle phrase ?
Cette phrase qui nous rend si romantiques, si fragiles, transparents.
Durant ce quart de seconde nous nous mettons à nu.
Je considère mon « je t’aime » comme une donation que je tire au plus profond de moi.
« Je t’aime » fait partie de moi, c’est mon poumon.
Il me permet de respirer.
Ou plutôt ce sont mes amours qui me permettent de survivre, trouver mon équilibre, le goût de la vie.
De déguster chaque instant comme si c’était le dernier : mon dernier frisson, ma dernière embrassade, mon dernier baiser, ma dernière émotion, mon dernier battement de cœur, mon dernier souffle, mon dernier je t’aime.
Zoé W.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *