Saint-Romain-sous-Gourdon – Très forte inquiétude sur l’école

On voudrait pousser les habitants des communales rurales vers les centres urbains, que l’éducation nationale ne s’y prendrait pas mieux ! Ou alors, au même titre que la santé, si la rentabilité n’est pas au bout, alors « on ferme », exemple la chirurgie à l’hôpital de Montceau.

A Saint-Romain-sous-Gourdon, paisible village de cinq cents âmes, « environ » précise le maire qui attend le résultat du recensement, et néanmoins village très dynamique, la proposition de fermeture d’une classe de l’école à la rentrée prochaine donne mal à la tête aux élus, aux parents d’élèves, à la bourgade toute entière.

Aujourd’hui, « nous avons deux classes avec trente-deux élèves de 4 à 11 ans » précise Michel Chavot, le maire. « Effectivement en septembre, dix CM2 vont aller au collège mais nous devrions récupérer au minimum cinq enfants à la rentrée, donc au moins vingt-sept élèves ».

Une seule classe de vingt-sept élèves « mais c’est impensable » s’insurge-t-il. « Pas de nos jours »!

Contrairement à la majorité des écoles, à Saint-Romain-sous-Gourdon, les enfants de 3 ans ne sont pas acceptés, donc « les parents les conduisent à Pouilloux ou Saint-Vallier ». Alors parfois, il faut « courir » d’une commune à l’autre quand la famille est grande. C’est d’un pratique !

« J’ai adressé l’an dernier un courrier au DASEN (directeur académique des services de l’éducation nationale) pour que notre école accepte les enfants de 3 ans. Il a refusé » indique le maire. Il manquait des structures, alors la commune a investi, dans une micro-crèche, propose une garderie gratuite, du périscolaire gratuit, une cantine à 2€ le repas pour être, en quelque sorte, en conformité. Et malgré  les efforts « on veut maintenant nous supprimer une classe ». Allez comprendre !

Dans la commune, la mobilisation a sonné. La présidente de l’association de l’école, Vicky Lepage est en ordre de bataille. « Nous allons distribuer des tracts, demander aux parents de scolariser leurs enfants à Saint-Romain qui pourraient l’être, de faire beaucoup de bruit, qu’on nous entende » jusqu’à Mâcon où se teindra, vendredi, une réunion avec les syndicats. Saint-Romain-sous-Gourdon n’est pas un cas isolé, malheureusement.

Jean Bernard

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.