Régionales – La France Insoumise défend Jean-Luc Mélencheon

Bernard Delabre, référant du Temps des cerises pour les élections régionales n’est pas content. La presse et notamment L’informateur de Bourgogne n’ a pas publié un communiqué où La France Insoumise vole au secours de Jean-Luc Mélechon, candidat déclaré à l’élection présidentielle en 2022. « Ses propos sont détournés » fait savoir le communiqué.

Il n’est pas question d’amalgamer les élections régionales, départementales et la présidentielle. A-t-on vu le leader de LFI en Saône-et-Loire apporter son soutien à ses troupes pour les régionales ?

Au milieu des candidats aux régionales sous la bannière le Temps des cerises, Bernard Delabre se rebiffe. « Nous ne sommes pas là pour se faire insulter et encore moins laisser à penser que Jean-Luc Mélenchon est un extrémiste » dit-il d’un ton sec et vigoureux.

« Est-ce que le programme du Temps des cerises est extrémiste? Est-ce que développer un label made in Bourgogne – Franche-Comté est extrémiste ? Est-ce que le budget de la protection sociale est extrémiste ?  » avance-t-il.

Car avant toute chose, « le sujet, c’est l’économie et la protection sociale et non la sécurité sans compter que nous sommes de fervents écologistes » détaille-t-il.

Aussi, au Temps des cerises, les candidats aussi bien pour les régionales que les départementales, ont en horreur le Rassemblement National. Et pourtant, ils ne sont pas favorables au front républicain. « L’important est de voter pour des idées pas pour des personnes » mentionne Yanis Malot. « Nous avons un projet radical, surtout pas extrémiste qui propose une rupture avec la politique libérale d’Emmanuel Macron ».

Aux régionales, sur la liste de la Saône-et-Loire, ils sont six du Bassin minier,  Christine Lapray, Fatima Benaissa, Yanis Malot,  Nagette Baroche, Sabrina de Araujo et Pierre Monnet. Ils ont retrouvé « une vraie gauche où l’union fait la force et un programme qui est réaliste et réalisable ».

Le RN, ils détestent, « ce n’est que du mensonge », Marie-Guite Dufay, la présidente sortante et candidate PS, « elle n’est pas de gauche, elle est macron-compatible ». Même Jean Castex en prend pour son grade, « il vient de tomber le masque, c’est pour faire plaisir aux électeurs ».

Jean Bernard

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.