•  

Konecranes – Un site à vendre mais pas à n’importe qui pour y faire n’importe quoi

Les stackers, l’emblème de Konecranes à Saint-Vallier. Aujourd’hui, la revitalisation du site est au coeur des préoccupations.

L’annonce de la vente du site Konecranes à Saint-Vallier est à la fois surprenante et d’une logique implacable. Le groupe finlandais ne fait pas dans la dentelle, non seulement il a décidé en juillet dernier de licencier 116 emplois sur 142 et souhaite se débarrasser au plus vite du site valloirien.

Un peu trop vite au goût de Jean-Claude Lagrange, président de la SEMCIB qui a permis la réalisation de la plateforme mecateamcluster aux Chavannes et délégué au développement économique à la communauté urbaine Creusot Montceau.

Que Konecranes a choisi l’agence Arthur Loyd pour trouver un acquéreur qui a contacté les entreprises de la CUCM, est une chose mais il s’agit également pour le communauté urbaine et la SEMCIB de mettre en place un contrat de revitalisation en relation avec l’Etat ou encore la Dirrecte (Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l’emploi). « Nous devons amener Konecranes à travailler sur le dossier » précise Jean-Claude Lagrange.

Car que peut-il se passer ? Que le site industriel à la Saule tombe entre les mains de n’importe qui et devienne notamment un vulgaire entrepôt sans y inclure des emplois ou encore, plus grave, se transforme en une friche industrielle. Ce serait gâcher.

Un site prêt à l’emploi pour y créer des emplois

Parce que Le Creusot Montceau est une terre d’industrie et que, même si Konecranes a décidé de jeter l’éponge à Saint-Vallier, il est important de lui redonner ses lettres de noblesse. « Nous devons trouver un projet à caractère industriel avec des créations d’emplois » juge Jean-Claude Lagrange, ce qui ne semble pas préoccuper le groupe finlandais.

« Alors intéressons-nous au devenir de ces bâtiments qui sont utilisables de suite. Voilà pourquoi nous avons alerté l’Etat qui doit rappeler ses obligations à Konecranes. La vente par l’agence Loyd n’est pas la meilleure solution » souligne le président de la SEMCIB.

Le Bassin minier ne peut plus se permettre de laisser partir à vau-l’eau des emplois qui pénalisent son attractivité et la santé du territoire. L’Etat, la communauté urbaine et Konecranes doivent travailler ensemble pour revitaliser le site de Saint-Vallier. « Voilà pourquoi j’agite les feux au niveau de l’Etat » rapporte encore Jean-Claude Lagrange.

Aux autorités de se montrer pointilleuses sur le futur du site à la Saule. Il mérite de revivre ne serait-ce que pour ne pas oublier qu’il a fait les beaux jours du territoire, une époque dont beaucoup se souviennent  du temps de PPM.

C’était avant !

D’autant plus que le même risque va sans doute se poser avec Eolane Montceau.

Jean Bernard

6 commentaires

  1. Saluons le courage de Jean Claude LAGRANGE et encourageons cette initiative tellement nécessaire et indispensable dans ce bassin minier. Oui des emplois il en faut ici pour endiguer la fuite de la population. Il y a des compétences locales alors il faut les conserver. Les petites villes à la campagne sont l’avenir de notre pays. Les conséquences de la crise du COVID-19 donneront raison à JCD. Merci Mr le Maire de Sanvignes de venir au secours du 1er magistrat de Saint-Vallier, Philibert étant totalement absent sur ce dossier d’envergure.
    Regardons maintenant l’avenir et construisons avec des individus innovants.

  2. Il ne faut pas se leurrer, l usine aurait été au Creusot ,un groupe de travail aurait déjà été mis en place. Et plusieurs solutions seraient sur la table.

  3. pourquoi pas une madrasa

    c’est plus grand que l ‘auberge de la saule, elle pourrait être gérée en SCOT par le PCF avec les subventions de toutes les communes avoisinantes

  4. Tu crois que cela se fait en 5 minutes ? T’as vu la montagne d’idées qu’il faut pour se projet ? (…)

  5. 40 ans que la cohalition socialo cmmuniste s occupe de la désindustrialisation de notre secteur ,le moins que l on puisse dire ce n est vraiment pas une réussite, bien au contraire. Savoir que les projections de la CC M dans les ANNEES 80 devaient amener une population de plus de 100000 habitants….resultats en 2020 , et en rassemblant une grande partie des communes rurales la barre des 95000 habitants est à peine atteintes avec un sérieux vieillissement de la population….les jeunes depuis plusieurs années quittent nos territoires.D ailleurs l idee même de cette cohalition voulait d etendre jusqu a Gueugnon pour pallier ces manques..Alors nous faire croire que Mr lagrange et SEMCIB sont les meilleurs pour résoudre ce dossier peut laisser rêveur….mais Bon le revenu fait partie de la vie…..De plus nous sommes en droit privé,alors le propriétaire décidera bien xe qui veut….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *