Gilets jaunes – Un pour tous, tous pour un

La  salle des fêtes du Magny n’est plus assez grande pour accueillir la réunion des gilets jaunes. Ce mercredi 5 décembre 2018, elle est bondée encore davantage que le 27 novembre dernier. Ils sont venus de Jeanne Rose, Chalon, Digoin, La Clayette, du groupe Colère nationale.

A l’origine, elle avait dans le but de faire un point sur l’organisation interne du mouvement populaire du Magny et de procéder à l’élection d’un représentant comme porte-parole.

« Nous pouvons être fiers de nous »

Pour ce qui est de la vie au camp du Magny, si ce ne sont quelques prises de tête comme dans toute grande famille _ fais pas ci fais pas ça _ , l’organisation en elle-même se rode peu à peu. Même si Elsa lance son coup de gueule: « J’entends les reproches mais chacun est là comme il veut, comme il peut et nous pouvons être fiers de nous ».

Autre point d’achoppement, les actions menées sur le terrain. Certains sont frustrés juste de faire coucou au-dessus du pont de la RCEA et souhaitent lancer des opérations plus dures. « Faites par petits groupes et vous n’êtes même pas obligés de nous en parler » assure Pierre-Gaël. « On fait ce qu’on peut comme on veut ». Autre méthode, celle appliquée jusqu’à maintenant, les gilets jaunes en parlent le matin au coin du feu et votent.

Alors les gilets jaunes allaient-ils se doter d’un porte-parole, « quelqu’un qui porte une parole, ne négocie pas, sa parole est seulement celle que nous lui donnerons » explique Pierre-Gaël avant que l’assemblée se prononce déjà sur le besoin ou pas d’un porte-parole.

Le porte-parole crucifié d’entrée

Or, Elsa intervient. « Je suis contre le porte-parole, nous sommes insaisissables et incorruptibles ». Applaudissements de la salle d’où un gilet jaune ajoute: « Pas besoin de porte-parole. L’Etat nous demande de lui faire des propositions mais c’est à lui de nous en faire. Nous ce qu’on demande, c’est de vivre de notre travail ».

Oui mais « à condition d’augmenter le Smic, de mettre les impôts sur les riches, d’augmenter les salaires et les retraites » suggère quand même Michel.

« On ne veut plus être des moutons ! » poursuit un autre.

Revient sur le devant de la scène après les quelques jours passés entre quatre murs, Fanny à l’origine du mouvement populaire Montceau-Creusot-Montchanin avec Jean-Pascal. « Ma plus grande fierté est de voir que le mouvement est resté dans la campagne » qu’on entende la voix du peuple.

Et le besoin d’un porte-parole ? C’est non.

Ce mouvement populaire des gilets jaunes est donc prêt à poursuivre son action, même à passer Noël au Magny. C’est une vraie attente populaire, inédite, sans chef où chacun fait ce qu’il veut quand il veut. Comment vont-ils, un jour, parvenir à se mettre d’accord quand chacun ne peut prétendre à un pouvoir sur l’autre ?

Jean Bernard

4 commentaires

  1. faire comme un conseil municipal! 20 personnes en commission et qui se mettent d’accord sur les objectifs après consultation de l’ensemble ( genre votation suisse!) cela dans chaque département,car il faut bien que quelqu’un dise ce que le peuple veut, là haut, ils ne sont pas sur la même planète!!sinon , ce sera le « bordel »et le début de la fin

  2. Bon conseil toto. Mais pour avoir assistée à l’ag d’hier j’en suis partie assez inquiéte.
    Car dans cette salle que je connais bien j’ai reconnu nombre de visages du pcf et trublions de la cgt.
    D’ailleurs ils vous ont lancé un appel pour samedi devant la mairie de Montceau. Et voilà la récupérations effectuée.
    Votre mouvement qui est noble va être détourné à des fins syndicales et politiques au benefice de la cgt.
    Ne l’oubliez pas ils sont devant les électeurs de la fonction Territoriale aujourd’hui et après donc ils ont besoin de vous pour démontrer leur force.
    Ne vous laissez pas manipuler car comme vos intervenants sur les chaînes de télévisions la plupart sont membres de syndicats proche ou même de la cgt.
    Nous avons confiance en vous. Ne laissez pas un mouvement populaire se transformer en outils aux mains de la cgt et du pcf.

    • la CGT ne veut pas récupérer le mouvement de GJ .

      90% des principales revendications des gilets jaunes la CGT les porte depuis des années, pour ne pas dire des décennies.
      j’ en ai sélectionné quelques-unes sur les 42 déclinées par les GJ (gilets jaunes) pour illustrer nos propos :

      • Les GJ réclament la retraite à 60 ans et la prise en compte de la pénibilité.
      LA CGT AUSSI !

      • Les GJ réclament la limitation des CDD et la primauté du CDI.
      LA CGT AUSSI !

      • Les GJ réclament le SMIC à 1300€ net.
      LA CGT AUSSI ! (La CGT revendique 1800€ brut ce qui revient au même).

      • Les GJ réclament l’arrêt des délocalisations.
      LA CGT AUSSI ! (Faut-il rappeler toutes les luttes menées dans ces entreprises par la CGT ?)

      • Les GJ réclament l’augmentation du nombre de tranches d’imposition et le rétablissement de l’ISF.
      LA CGT AUSSI !

      • Les GJ réclament l’arrêt de toutes les fermetures d’écoles, de gares, de bureaux de postes, d’hôpitaux. LA CGT AUSSI !

      • Les GJ réclament l’arrêt des privatisations.
      LA CGT AUSSI !

      On pourrait continuer longtemps cet inventaire.

  3. re
    je rajouterai ceci: nous avons une suppléante locale du député élu sur des promesses non tenues et sensé nous représenter?, il serait bon de lui faire savoir par une présence »amicale » permanente sur le trottoir devant chez elle ,que si elle nous comprends , elle doit ( avec tous les députés de lrem de France) donner sa démission, seule façon de provoquer des élections législatives et réduire macron à un simple coupeur de ruban minoritaire !!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *